Utpictura18 - Arioste

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
5 octobre 2013 : Exposition Le Goût de Diderot au Musée Fabre à Montpellier

Pour citer ce texte : Stéphane Lojkine, cours donné à l’université de Toulouse-Le Mirail, 2003-2006

Le Roland furieux de l’Arioste : littérature, illustration, peinture (XVIe-XIXe siècles)

Biographie

Lodovico Ariosto naît le 8 septembre 1474 dans le nord de l’Italie à Reggio nell’Emilia, petite ville du duché de Modène en Émilie. Le duché appartenait à la famille d’Este, dont la cour se trouvait à Ferrare. Niccolò Ariosto, dont Lodovico fut le fils aîné, commandait la forteresse de Reggio pour les Este. La famille part bientôt pour Ferrare, où Lodovico reçoit d’abord les leçons d’un précepteur particulier, puis suit des études de droit à l’université de Ferrare. En 1494, il abandonne sans regret le droit pour les lettres et suit l’enseignement du latiniste Gregorio da Spoleto, un moine augustinien. Il fréquente alors le cardinal Jean de Médicis, le futur pape Léon X, dont Gregorio da Spoleto avait été l’un des précepteurs.

Hippolyte d’Este

À la mort de son père, Lodovico doit subvenir aux besoins de sa nombreuse famille. Il entre en 1498 au service d’Hercule Ier d’Este et, de 1501 à 1502, part commander la forteresse de Canossa. En 1503, il quitte Hercule pour son fils cadet le cardinal Hippolyte d’Este et reçoit la même année les ordres mineurs, qui lui permettent d’obtenir un petit bénéfice ecclésiastique. Hippolyte charge Lodovico de diverses missions diplomatiques au Vatican : en 1509-1510 auprès du pape Jules II, en 1513 pour féliciter Léon X de son élection. La même année, lors d’un séjour à Florence, il déclare sa flamme à Alessandra Benucci Strozzi, dont il s’était épris à Ferrare. Malgré une vie sentimentale tumultueuse, semée de femmes et d’enfants, Lodovico restera lié à Alessandra toute sa vie. En 1515, le mari d’Alessandra meurt ; elle déménage à Ferrare, mais le poète ne l’épousera qu’en 1527. En 1517, Hippolyte part pour son diocèse d’Eger en Hongrie, mais Lodovico refuse de le suivre et, en 1518, il passe au service du frère du cardinal, Alphonse Ier d’Este, le nouveau duc depuis la mort de son père Hercule en 1505.

La Garfagnana

En 1519, Rinaldo Ariosto, le cousin de Lodovico, meurt intestat : le cardinal et le duc tentent de récupérer une partie de ses propriétés ; Lodovico intente un procès qui ne lui donnera raison qu’en 1536, trois ans après sa mort ! En 1522, Alphonse Ier cesse de lui verser sa pension habituelle et le contraint d’accepter le poste de gouverneur de la Garfagnana, aux confins montagneux du duché, dans la vallée du Serchio. Lodovico supporte très mal cet exil et renonce en 1525 à ses fonctions. Il s’achète une petite maison à Ferrare, dans le quartier de Mirasole (aujourd’hui via Ariosto) et fait inscrire sur la façade le vers d’Horace parva sed apta mihi (elle est petite mais elle me convient) par lequel le poète latin célébrait la maison que lui avait offerte Mécène.

La nouvelle alliance avec Charles Quint

Cependant en 1526 les Este quittent la vieille alliance qu’ils avaient toujours gardée avec la France contre Venise, pour se rapprocher de Charles Quint. Lodovico accompagne le duc pour rencontrer Charles Quint à Modène en 1528 ; la même année on le charge d’organiser les spectacles théâtraux à la cour de Ferrare. En 1529, son ambassade auprès d’Alphonse d’Avalos, marquis del Vasto lui vaut de la part du marquis une pension annuelle de cent ducas d’or. En 1532, il accompagne Alphonse d’Este auprès de Charles Quint à Mantoue. Il meurt le 6 juillet 1533.

L’œuvre de l’Arioste

L’œuvre la plus célèbre et la plus importante de Lodovico Ariosto est l’Orlando furioso. Dès 1506, il entreprend une première rédaction de ce qui allait être l’œuvre de sa vie. En 1507, à Mantoue, il raconte la trame de l’histoire à Isabelle d’Este Gonzague, la fille d’Hercule Ier (et donc la sœur d’Hippolyte et d’Alphonse). La première édition date d’avril 1516. En 1521 paraît la deuxième édition du Roland furieux, en quarante chants, avec quelques corrections linguistiques et stylistiques. Il termine mais ne publie pas les Cinque Canti, commencés probablement autour de 1518-1519, et censés venir se greffer après la strophe 68 de l’actuel chant 46 (les Cinq chants ne seront publiés qu’après sa mort). Mais si la seconde édition se distingue peu de la première, la troisième édition, de 1532, après dix ans de travail intense, remodèle complètement l’œuvre, découpée désormais en 46 chants, avec des épisodes entièrement nouveaux.

Outre le Roland furieux, il faut citer de l’Arioste les Satires (1517-1525) et une importante production théâtrale : deux comédies en prose, la Cassaria (1508, réécrite en 1528) et les Suppositi (1509, réécrits en 1531), qui transposent les intrigues de la comédie antique dans la langue vulgaire (la langue italienne classique est en train de se constituer), puis I Studenti (1518), Il Negromante (1520), La Lena (1528) qui fondent véritablement le genre de la comédie nouvelle.