Utpictura18 - Critique et théorie

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
5 octobre 2013 : Exposition Le Goût de Diderot au Musée Fabre à Montpellier

Dans la même rubrique « dispositif » : Continuum sensible // Coupure sémiotique // Critique de l’antimodernité : Fahrenheit 451 // Discours // Dispositif // Écran // Embrayeur visuel // Espace restreint // Espace vague // Face à face agonistique // Fiction // Flan de la théorie, théorie du flan // Géométral // Instant prégnant // Intersecteur // L’invention du dispositif : Surveiller et punir // Objet scénique, chose // Performance // Physique de la fiction // Polemics as a World // Scopique // Sémiologie // Sommaire des textes en ligne

Espace restreint

Stéphane Lojkine

    L’espace restreint est, dans une image représentant une scène, l’espace de la scène proprement dite, le lieu de l’action, qui contient les éléments symboliques dont la scène est porteuse. Lieu du symbolique, l’espace restreint s’oppose à l’espace vague, qui est le lieu du réel.


Atys s’éveille devant Cybèle et sa confidente Mélisse (Atys, opéra de Lully, livret de Quinault, Acte III, scènes 4 et 5).
L’espace restreint du rêve, délimité à gauche par les nuages, s’oppose à l’espace vague du palais, à droite, où se tient Mélisse la confidente, au premier plan, et qui se prolonge jusqu’à l’architecture du fond. Au centre de l’espace restreint se tient Atys, le rôle titre de l’opéra, étendu sur son lit. L’espace restreint n’est pas le réel, mais la représentation, fabriquée, suscitée ici par Cybèle.
Cybèle se tient à la lisière entre l’espace vague (elle ne fait pas partie du rêve) et l’espace restreint (qu'elle conditionne).
Sur la scène de l'opéra, les nuages du rêve étaient peints sur une toile tendue sur un chassis coulissant, dit aussi « coulisse ». L’architecture du palais à droite correspond à une autre coulisse. A chaque espace son décor...


    L’espace restreint est fortement délimité, circonscrit comme lieu théâtral de la représentation. Cette délimitation peut être marquée par l’architecture (murs, estrade), par des objets (rideaux, ciels de lit), par la présence ouverte de personnages spectateurs de la scène (embrayeurs visuels) ou par la présence dissimulée d’un spectateur par effraction, regardant les personnages centraux à leur insu.

    La délimitation de l’espace restreint est à la fois matérielle (géométrale) et symbolique : elle constitue l’écran.

    A l’intérieur de l’espace restreint, il n’est pas rare que les personnages adoptent une gestuelle hyper-théâtralisée : ils déclament le discours que l’image est supposée représenter.