Utpictura18 - Critique et théorie

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
5 octobre 2013 : Exposition Le Goût de Diderot au Musée Fabre à Montpellier

Pour citer ce texte : Stéphane Lojkine, cours « Image et événement », FR462-567, UW-Madison, printemps 2019.
Le séminaire se tient à Van Hise 478, les lundi et mercredi, 16h30-17h45.

Image et événement

UW-Madison, printemps 2019


Présentation

La Manne - Poussin

La Manne - Poussin

Toute représentation a pour objet un événement. Mais la nature de l’événement et le rapport de la représentation à l’événement varient. L’événement peut être décrit, raconté, travesti, tu. Il peut désigner un moment d’histoire ou une affaire tout à fait intime, renvoyer à l’épopée nationale ou se dissoudre dans l’insignifiance du quotidien. Qu’il se déploie en fanfare dans la sphère médiatique, ou au contraire soit par tous les moyens étouffé, camouflé, détourné, l’événement est travaillé par l’indicible : il met à l’épreuve une sémiotique de la représentation. Au théâtre, il s’agit de mener l’intrigue jusqu’à son événement ; en peinture, de conjurer l’immobilité de la toile au regard du déroulement de l’événement dans le temps ; dans le roman, de disposer la scène de l’événement.

Cette sémiotique est bouleversée par la médiatisation de l’événement : au milieu du XVIIIe siècle, on passe d’un système de représentation ritualisée d’événements déjà intégrés dans une mémoire et dans une tradition à la communication au public d’événements inédits : le tremblement de terre de Lisbonne, en 1755, peut être considéré comme le premier événement médiatique de l’histoire. Non seulement le public auquel il est annoncé constitue désormais un réseau mondialisé, mais l’événement même est pensé comme réseau.

Supplice de Damiens tenaillé, écartelé & brûlé en place de Grève le 28 mars 1757

Supplice de Damiens tenaillé, écartelé & brûlé en place de Grève le 28 mars 1757

À partir de là se dessine une histoire de la représentation de l’événement, qui est une histoire de la conjuration de ce réseau : l’événement résiste à sa représentation, se manifeste dans sa brutalité de réel comme incompréhensible et non sémiotisable. Il fait image malgré tout. L’histoire, notre histoire contemporaine est celle de ces images malgré tout.

Méthode

Chaque semaine s’organise à partir d’un événement et de sa représentation dans le texte et dans l’image. L’objectif est d’acquérir les outils d’analyse de ce qui constitue, au-delà de ses supports, un dispositif de représentation.

Chaque semaine, l’étudiant prépare les cours de la semaine suivante en lisant les textes correspondants sur le fascicule. Il répond aux questions du questionnaire de lecture en ligne. Tous les mois, un contrôle de lecture sur table est organisé en cours.

Parallèlement, l’étudiant prépare un dossier sur un événement de son choix. Cette préparation se fit par étapes : choix de l’événement en accord avec le professeur ; sélection d’images et de textes représentant l’événement ; sélection d’une bibliographie sur l’événement ; analyse des documents choisis ; construction du plan ; introduction et problématisation.

Exemples d’événements choisis par les étudiants (noter la différence de nature des événements choisis) : le crime passionnel ; le suicide par amour ; la crise de folie hallucinatoire ; la Saint-Barthélémy ; l’attentat de Charlie Hebdo ; l’épidémie du SIDA dans les années 1980 ; le naufrage de La Méduse ; l’esclave généreux ; la nuit de Varennes ; Guernica ; la rafle du Vel’d’Hiv ; l’alunissage ; Ys engloutie ; le combat des Horaces et des Curiaces ; Hiroshima.

Programme

Première partie : le modèle pictural

      1. Articles Événement des dictionnaires de Furetière, de Trévoux et de l’Encyclopédie.

      2. Conférence de Le Brun du 5 nov. 1667 sur La Manne de Poussin.

      3. Le passage du Rubicon. Lucain, Pharsale, I, 185-194 et Kojève, Introduction à la lecture de Hegel, « VIIIe conférence ».

      4. La tempête. Rousseau, La Nouvelle Héloïse, 4e partie, lettre 17 ; Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, le naufrage du Saint-Géran.

      5. Visite au Chazen Museum : Vernet, Le Matin. La pêche / le lever du soleil.

Deuxième partie : le modèle journalistique

      1. Le tremblement de terre de Lisbonne, 1er nov. 1755. Voltaire, Candide, chap. 5 et 6.

      2. L’exécution de Damiens, 28 mars 1757. Michel Foucault, Surveiller et punir, « Le corps des condamnés ».

      3. Le Serment du Jeu de Paume. André Chénier, Le Jeu de Paume.

      4. La révolution de 1848. Flaubert, L’Éducation sentimentale, III, 1.

Troisième partie : l’indicible de l’événement

      1. Photographies du crématoire d’Auschwitz par le Sonderkommando. Georges Didi-Huberman, Images malgré tout, Minuit, 2003, p. 11-44.

      2. Configuration et refiguration de l’événement. Paul Ricœur, Temps et récit, la triple mimésis.

      3. Les pavés de l’hôtel de Guermantes. Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Le Temps retrouvé.

      4. Un avortement. Annie Ernaux, L’Événement.