Utpictura18 - Critique et théorie

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
5 octobre 2013 : Exposition Le Goût de Diderot au Musée Fabre à Montpellier

Pour citer ce texte : Francesca Manzari et Stéphane Lojkine, cours d’initiation à la french theory, LMDD20, Université d’Aix-Marseille, Site Schumann, 2e semestre 2014-2015, mercredi 9h-12h, salle C236
Voir le programme 2011, 2012, 2013, 2014, 2016.

Initiation à la french theory, programme 2015

LMDD20, Textes critiques fondamentaux

Louis de Caullery, Le Colosse de Rhodes, 1600-1620, huile sur bois, 35x46 cm, Paris, Musée du Louvre (voir La Vérité en peinture, 4. Le colossal, p. 137sq.

Louis de Caullery, Le Colosse de Rhodes, 1600-1620, huile sur bois, 35x46 cm, Paris, Musée du Louvre (voir La Vérité en peinture, 4. Le colossal, p. 137sq.)

Présentation du cours

Qu’est-ce que la french theory ? Au départ un corpus de textes théoriques français écrits dans les années 60 et 70, traduits et diffusés dans les universités américaines pour donner naissance à de nouvelles disciplines des sciences humaines : études post-coloniales, féministes, gender et queer studies… Ces textes, restés marginaux, parfois tabous, dans l’université française et notamment dans les départements de lettres, ont fait le tour du monde et font retour maintenant en Europe, notamment depuis l’Europe de l’Est, attirée par le tropisme du modèle universitaire américain.

On se propose ici de revenir à quelques uns d’entre eux et d’étudier les modes de pensée et d’élaboration théorique radicalement nouveaux qu’ils ont instaurés : ce que Jacques Derrida a introduit sous le nom de déconstruction procède d’une approche apparemment illogique des événements et des problèmes. De son côté, Jacques Lacan, en plaçant le travail du signifiant au cœur de l’expérience psychanalytique, opère dans un premier temps une apparente rationalisation systématique de la psychanalyse au moyen de l’appareil théorique de la linguistique. Mais cet appareil, radicalement détourné, fait également l’effet, pour le néophyte, d’une construction délirante.

Or cet illogisme délirant, et terriblement séducteur, que l’université française répugne à adopter en son sein, pourrait bien avoir cause commune avec le travail même de la littérature : défiant les frontières de la rationalité ordinaire, la french theory s’est aventurée à l’interface du discours critique et de la parole créatrice, là où le poète, le romancier, le dramaturge rassemblent et réverbèrent leurs visions.

Salvador Dali, Le Colosse de Rhodes, 1954, huile sur toile, 68,8x39 cm, Bern, Kunstmuseum

Salvador Dali, Le Colosse de Rhodes, 1954, huile sur toile, 68,8x39 cm, Bern, Kunstmuseum

Sur cette frontière incertaine, entre repli intime et engagement politique, pourraient se jouer les termes et les propositions de la civilisation à venir, dont la révolution se joue aujourd’hui.

Bibliographie (ces livres seront requis pour l’examen)

Jacques Derrida, La Vérité en peinture, Flammarion, 1978, Champs, 1993

Jacques Lacan, Écrits I, Seuil, 1966, Points, 1970

Jacques Derrida, Spectres de Marx, Galilée, 1993

Contextes

Jacques Derrida, Glas, Galilée, 1974 ; Donner la mort, Galilée, 1999 ; Séminaire La bête et le souverain, 2001-2003, 2 vol., Galilée, 2008 et 2010

Jan Patočka, Essais hérétiques, trad. Erika Abrams, Verdier, 1999

François Cusset, French theory, La Découverte, 2003, La Découverte/Poche, 2005

François Dosse, Histoire du structuralisme, La Découverte, 1992, rééd. Livre de Poche, 1995, en 2 vol.

Benoît Peeters, Derrida, Flammarion, 2010

Elisabeth Roudinesco, Histoire de la psychanalyse en France et Jacques Lacan, Fayard, 1993-1994, rééd. en un vol., Livre de Poche, 2009

Calendrier des séances

1. Esthétique

mercredi 21 janvier : Introduction à La Vérité en peinture. La double colonne (S. Lojkine)

mercredi 28 janvier : Déconstruire Kant. Le parergon (S. Lojkine)

mercredi 4 février : L’intertexte heideggérien. L’Origine de l’œuvre d’art (S. Lojkine)

mercredi 11 février : L’intertexte hegelien. Glas (F. Manzari)

2. Psychanalyse

mercredi 18 février : Déconstruire Saussure. Le signifiant lacanien (S. Lojkine).

Commentaire de texte à rendre le 18 février :
« A cette date, le dernier acte est à New York… La mesure y est de rétorsion supplémentaire » (La Vérité en peinture, « Restitutions », p. 310-312)
Pour le parcours création :
Ecrire un texte de 8 pages dactylographiées intitulé Déconstruire le voile, mettant en œuvre les notions kantienne et derridienne de parergon ainsi que la notion heideggérienne d’alèthéia. Le texte peut en outre s’appuyer sur un matériau iconographique documentaire.

mercredi 4 mars : Lacan face à la phénoménologie (S. Lojkine)

mercredi 11 mars : Réception de Lacan par les philosophes. Le Titre de la lettre et Résistances de la psychanalyse (F. Manzari)

mercredi 18 mars : Journée commune Littérature et Psychanalyse. Prévoir 2 ou 3 exposés.

3. Politique

mercredi 25 mars : La double conjuration. Spectres de Marx (S. Lojkine)

mercredi 1er avril : La question européenne. Paul Valéry et Jan Patočka (F. Manzari)

mercredi 8 avril : La notion de monde. La Bête et le souverain (F. Manzari)

mercredi 15 avril : L’intime et le politique (F. Manzari).

Dissertation à rendre le 15 avril :
Jacques Lacan, qui consacre sous le titre Lituraterre une séance du Séminaire XVIII aux rapports entre littérature et psychanalyse, y avance ceci : « Que le symptôme institue l’ordre dont s’avère notre politique, c’est là le pas qu’elle a franchi, implique d’autre part que tout ce qui s’articule de cet ordre soit passible d’interprétation. C’est pourquoi on a bien raison de mettre la psychanalyse au chef de la politique. » (Séminaire XVIII, D’un discours qui ne serait pas du semblant, séance du 12 mai 1971, Seuil, 2006, p. 123.) Vous vous appuierez, pour discuter cette proposition, sur votre lecture de La Vérité en peinture, des Écrits de Lacan et de Spectres de Marx.
Pour le parcours création :
Ecrire la première scène d’une pièce de théâtre intitulée Hamlet après Derrida, qui reprendrait le dispositif de la première scène d’Hamlet. La scène, longue de 8 pages dactylographiées, sera écrite en plusieurs langues et mobilisera les notions philosophiques abordées en cours, de façon à la fois comique et sérieuse.

Conclusion

mercredi 22 avril : Correction du devoir (F. Manzari)