Utpictura18 - Critique et théorie

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
5 octobre 2013 : Exposition Le Goût de Diderot au Musée Fabre à Montpellier

Pour citer ce texte : Francesca Manzari et Stéphane Lojkine, cours d’initiation à la french theory, LMDD20, Université d’Aix-Marseille, Site Schumann, 2e semestre 2015-2016, mercredi 9h-12h, salle R011 (Bâtiment Roseraie devant la Faculté de Droit)
Voir le programme 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2017.

Initiation à la french theory, programme 2016

Le sexe des femmes

Amour, jouissance et sexualité dans la pensée et le discours de la french theory


Présentation du cours

C’est aujourd’hui un lieu commun que de dire que Freud n’a rien compris aux femmes, que la psychanalyse, dans sa fondation même, a manqué ce qu’il y avait de spécifique dans la genèse du sujet féminin et dans le fonctionnement de la sexualité féminine : le complexe d’Œdipe aurait été pensé par un homme pour les hommes, dans le contexte d’une société bourgeoise puritaine et hyper-normée avec laquelle nous n’avons plus guère de rapport aujourd’hui. Pas de place non plus, dans ce contexte, pour l’homosexualité, ni pour les formes insolites que peut prendre le plaisir sexuel, sinon au rang des « perversions », frappées de réprobation morale et traitées comme des maladies.

Cette critique, qui travestit largement la pensée freudienne, paraît autoriser l’abandon de la psychanalyse, jugée scientifiquement fausse, et le retour à une saine médecine positive pour laquelle à chaque symptôme doit correspondre un médicament, à chaque souffrance, à chaque déviance, un protocole de cure. Pas sûr que le modèle social qui en ressort soit plus ouvert ni plus tolérant.

Pourtant, à partir de la fin des années 1960, une autre voie a été explorée, que l’on pourrait appeler de relecture critique de la psychanalyse par les auteurs de la french theory. Dans ce mouvement, on constate d’abord une attention particulière aux sexualités « hétérodoxes » : le point de vue féminin, le sexe des femmes en devient alors l’emblème et le moyen d’accès et de compréhension. Un second point, plus inattendu, est la prise en compte centrale d’un terme que la science semblait avoir évacué : le mot d’amour. C’est que, pour accéder au sexe des femmes, et de ce sexe à toutes les formes que prend le sexe, il s’avère nécessaire de retrouver le chemin de parler d’amour. Qui mieux que la littérature connaît ce chemin ?

A partir de quelques textes majeurs de Lacan, de Deleuze et de Derrida, ce cours s’emploiera à découvrir et à retracer ce que, après la psychanalyse et à la lumière de la french theory, la littérature a à nous dire du sexe des femmes.

Bibliographie / *Lectures au programme

Les livres précédés d’un astérisque sont à acheter par les étudiants.


*Gilles Deleuze, Présentation de Sacher-Masoch, Minuit, 1967

Gilles Deleuze et Félix Guattari, L’Anti-Œdipe. Capitalisme et schizophrénie, Minuit, 1972, rééd. 1995

Jacques Derrida, La Carte postale, Flammarion, 1980

Sigmund Freud, L’interprétation du rêve (Die Traumdeutung, 1899), PUF, Quadrige, 2012 (Pour le rêve de l’injection d’Irma, voir notamment le chap. 2.)

Sigmund Freud, Dora. Fragment d’une analyse d’hystérie, 1901, Petite Bibliothèque Payot, 2010

*Julia Kristeva, Histoires d’amour, Denoël, 1983, Folio essais, 1986

Julia Kristeva, Thérèse mon amour : sainte Thérèse d’Avila, Fayard, 2008

Julia Kristeva, Le Génie féminin. 1. Hannah Arendt, Fayard, 1999, Gallimard, Folio essais, 2003

Julia Kristeva, Le Génie féminin. 2. Mélanie Klein, Fayard 2000, Gallimard, Folio essais, 2003

Julia Kristeva, Le Génie féminin. 3. Colette, Fayard, 2002, Gallimard, Folio essais, 2004

Jacques Lacan, Le moi dans la théorie de Freud et dans la technique de la psychanalyse – Le Séminaire, livre II – 1954-1955, éd. J. A. Miller, Seuil, 1978, Point essais, 2002 (chap. 13 et 14 sur Irma)

Jacques Lacan, La Relation d’objet – Le Séminaire, livre IV – 1956-1957, éd. J. A. Miller, Seuil, 1994 (chap. 6 à 8 sur Dora. N’existe pas en poche)

*Jacques Lacan, Encore – Le Séminaire, livre XX – 1972-1973, texte établi par Jacques-Alain Miller, Seuil, 1975, Points Essais, 1999

Programme des séances

Première partie : La théorie impossible

1. Mercredi 20 janvier 2016, SL

Un sexe hystérique ?

Discours de l’hystérique, être hystérique, n’être pas toute (Séminaire XX)
Régression, caractère imagé, déconstruction de l’ego : le rêve de l’injection d’Irma
(Freud, Interprétation des rêves / Lacan, Séminaire II. Le moi dans la théorie de Freud et dans la technique de la psychanalyse)

2. Mercredi 27 janvier, FM

L’Autre sexe

Œdipe freudien, Œdipe lacanien, castration
Problèmes que pose une transposition au féminin
Le sexe comme Autre, le sexe comme corps, le sexe comme machine : Anti-Œdipe

3. Mercredi 3 février, FM

Le sexe et la lettre

La lettre d’amour
Le signifiant, le discours, la lettre
Lacan, Séminaire 20 / La Carte postale

Deuxième partie : Le scandale de la jouissance

4. Mercredi 10 février, SL

Un sexe extatique ?

Lafemme
Rapport sexuel, jouissance, amour
La jouissance phallique
Topologie de la jouissance

Devoir n°1 à rendre. Etude de cas : « Mme Emmy von N…, 40 ans. Livonienne » (S. Freud et J. Breuer, Etudes sur l’hystérie, 1895, II.B., PUF, 1956, p. 35-82)

5. Mercredi 24 février, FM

Au delà du savoir

Le Wissentrieb freudien / Ne rien vouloir savoir
Extase féminine, extase mystique. Thérèse d’Avila (Séminaire 20 / Kristeva, Thérèse, mon amour)

6. Mercredi 2 mars, Journée « La Femme, l’Autre », SL & FM

7. Mercredi 9 mars, FM

Les signes de l’amour

Fonction du signifiant
Chant, récit, histoire d’amour
Lacan, Séminaire 20 / Kristeva, Histoires d’amour

Troisième partie : Pervertir et sublimer

8. Mercredi 16 mars, SL

Un sexe pervers ?

Dora, la jeune homosexuelle (Freud, Dora / Lacan, Séminaire IV, La Relation d’objet)

Mardi 22 mars, Journée Deleuze

9. Mercredi 23 mars, SL

Histoire de Juliette

Dispositifs sadiens
Lacan : Kant avec Sade
Horkheimer et Adorno : Dialectique de la raison

10. Mercredi 30 mars, FM

La Vénus à la fourrure

Deleuze, Présentation de Sacher Masoch
Le contrat masochiste

Devoir n°2 à rendre. Dissertation

Quatrième partie : Puissances du sexe

11. Mercredi 13 avril, FM

Le génie féminin : Hannah Arrendt, Melanie Klein, Colette (Kristeva)

12. Mercredi 20 avril, SL

Correction de la dissertation

Devoirs à rendre

Pour le 10 février, étude de cas. « Mme Emmy von N…, 40 ans. Livonienne » (S. Freud et J. Breuer, Etudes sur l’hystérie, 1895, II.B., PUF, 1956, p. 35-82)

Questions

    1. Reconstituez la vie de la patiente : son enfance ; les drames qu’elle a traversés, sa situation matérielle, familiale et professionnelle au moment de sa rencontre avec Freud. Comment le texte de Freud est-il organisé ?

    2. Quels sont les troubles physiques qu’éprouve la patiente ? Quelles parties du corps sont concernées ?

    3. Décrivez les troubles de langage de la patiente. Plus généralement, analysez son rapport au langage et à l’écriture.

    4. Définissez la méthode cathartique et dégagez l’évolution de Freud dans son analyse du cas d’Emmy von N.

    5. Quelle serait l’analyse lacanienne ? Quel est le rapport de la patiente à la jouissance ? au signifiant ? à l’Autre ?

    6. Montrez que cette analyse de cas est en fait une déconstruction de l’analyse. Quel est le rapport de Freud à l’étiologie ?



Pour le 30 mars, dissertation

Expliquez et commentez ces propos de Jacques Lacan, dans le Séminaire XX :

« L’Autre ne se présente pour le sujet que sous une forme a-sexuée. Tout ce qui a été le support, le support-substitut, le substitut de l’Autre sous la forme de l’objet de désir, est a-sexué.

C’est en quoi l’Autre comme tel reste — non sans que nous puissions y avancer un peu plus — reste dans la théorie freudienne un problème, celui qui s’est exprimé dans la question que répétait Freud — Que veut la femme ? —, la femme étant dans l’occasion l’équivalente de la vérité. » (Jacques Lacan, Le Séminaire. Livre XX. Encore, 1972-1973, Seuil, 1975, X, « Ronds de ficelle », 3, p. 115)