Utpictura18 - Fiction

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
5 octobre 2013 : Exposition Le Goût de Diderot au Musée Fabre à Montpellier

Autres séminaires : voir le site du département de lettres modernes
Programme 2011-2012
Programme 2010-2011
Programme 2009-2010

Vision, Visions

Séminaire de littérature ancienne. Année 2012-2013

Le séminaire se tient à l’université d’Aix-Marseille, Centre Schumann, le mardi de 16h à 19h, salle C236.

Anamorphose de l’œil du cardinal Colonna (Mario Bettini, Apiaria, Bologne, 1642)

Anamorphose de l’œil du cardinal Colonna (Mario Bettini, Apiaria, Bologne, 1642)

Présentation du séminaire

Quoi de plus ordinaire en littérature qu’un personnage regardant un objet, que deux personnages se regardant ? Quoi de plus extraordinaire qu’une vision céleste, qu’un songe, qu’une prophétie entrevue ? Tout sépare en apparence d’une part l’expérience triviale de la vue et l’appréhension rationnelle, scientifique, médicale, narratologique même, qu’on en peut avoir, d’autre part l’événement de la vision, son caractère ineffable, qui coupe la parole, que le discours peine à transcrire, et la raison à maîtriser.

Pourtant, c’est tout un pan de notre histoire culturelle qui se joue dans cette articulation changeante de la vision, comprise comme cadre épistémologique (le fait de voir), et des visions, saisies comme hors-cadre, comme expérience chaque fois unique (avoir une, des visions). Le séminaire se propose d’explorer cette histoire, autour des grands axes thématiques suivants :

La vision comme expérience optique. Comment la comprend-on, l’analyse-t-on du moyen âge aux Lumières ? Quelle incidence le discours scientifique sur l’optique a-t-il, peut-il avoir sur la pratique littéraire ?

La vision comme expérience poétique, lyrique ou mystique. Songe du poète, Vision de la Dame, Œil de la Dame, visions allégoriques, oraisons. Peut-on, à partir de ces visions, dessiner une phénoménologie du regard ? Une pratique culturelle qui s’articulerait à un certain contexte philosophique, physique, politique ?

La vision comme pratique descriptive. Techniques et enjeux de l’ekphrasis et de l’hypotypose dans la poésie et en prose (littérature religieuse, littérature allégorique, roman), pratiques de la description, appréhension des objets, effets d’enargeia. Comment définir, au regard de ces pratiques, un genre descriptif du récit pré-balzacien ?

La vision comme art de la scène. Que voit le personnage sur la scène (scène dans la scène, gestes surpris, apartés) ? Que ne voit-il pas, qu’il désigne alors précisément comme vision (dans le monologue tragique par exemple) ?

Vision d'Abraham, Bible historiale de Petrus Comestor, 1372

Vision d'Abraham, Bible historiale de Petrus Comestor, 1372

Calendrier des séances

11 septembre : Stéphane Lojkine, « Visions d’aveugle : l’expérience théologique de la vision, à partir des commentaires du Livre des sentences de Pierre Lombard »

18 septembre : Jean-Raymond Fanlo, « Le Cabinet de Minerve de Verville »

25 septembre : Daniel Martin, « Visions pétrarquistes »

2 octobre : Stéphane Lojkine, « Les deux modèles de l’optique antique et l’adaptation du diaphanum à l’optique de la Renaissance et de Descartes »

9 octobre : Michèle Gally, « Théories de la vue et Poésie au Moyen Age. De la hiérarchie des sens à l’optique »

16 octobre : Jean-Raymond Fanlo, « Vision et discours »

23 octobre : Bérengère Parmentier, « Visions et songes tragiques dans le théâtre baroque »

6 novembre : Stéphane Lojkine, « L’expérience phénoménologique de la vision dans la Lettre sur les aveugles et dans le Salon de 1767 de Diderot »

13 novembre : Michèle Gally, « Un drame de la vue : Narcisse au Moyen Age comme figure méta-poétique. Récit et modèle iconographique »

20 novembre : Jean-Raymond Fanlo, « Vision et Mélancolie »

27 novembre : Invité. Adrien Paschoud, université de Lausanne : « Visions jésuites. Jean-Joseph Surin »

4 décembre : Sébastien Douchet, « Vision et songe dans l’enluminure médiévale »

11 décembre : Stéphane Lojkine, « Faire scène et faire tableau. Casanova »