Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
César face à la statue d’Alexandre - Vien
César face à la statue d’Alexandre - Vien Auteur : Vien, Joseph Marie (1716-1809)

Cette notice fait partie d’une série : Salon de 1767, commande de Stanislas-Auguste pour le château de Varsovie (pièce ou n° 16 / 243)

Datation : 1767

Source textuelle : Rollin, Charles (1661-1741)

Sujet de l’image : Sujet historique. César et Pompée
Dispositif : Scène (espace vague/espace restreint)

Objets indexés dans l’image :
Autel / Colonnes / La scène a un public / Personnage de dos / Spectateur au premier plan / Statue

Nature de l’image : Peinture sur toile
Dimensions :  Hauteur 296 * Largeur 153 cm

Lieu de conservation : Varsovie, Château royal, inv. 130922

Bibliographie : Diderot, Salons de 1767-69, éd. Bukdahl, Delon, Lorenceau, Hermann, 1990, n° 11, p. 111
Diderot, Salons de 1767-69, éd. Bukdahl, Delon, Lorenceau, Hermann, 1990, p. 111 et fig. 11
Notice n° A0079   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Auguste au tombeau d’Alexandre (version du Louvre) - Bourdon // César remet Cléopâtre sur le trône d’Égypte - Pierre de Cortone // Alexandre devant la tombe de Cyrus - Castiglione // Alexandre au tombeau d’Achille - Dufresnoy // Alexandre le grand devant le tombeau d’Achille - Robert // César, débarquant à Cadix… (esquisse d’Arras) - Vien // Amarillis devant le prêtre (Le berger fidelle, acte IV, du Marteau, 1671) // Phryné accusée d’impiété devant les aréopagites - Baudouin

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
Mentions à l’intérieur de l’image (hors signature et date).
1. Sur le piédestal on peut lire « ALEXANDER AN[NO] / XXIII NATUS / PATRIAM VERSUS / PERSAS CONSTI[TI]T »
2. Par l’intermédiaire de Mme Geoffrin, le roi de Pologne, Stanislas Auguste Poniatowski, demanda en 1765 à Boucher, Lagrenée, Vien et Hallé d’exécuter quatre toiles pour la Chambre des Seigneurs du château de Varsovie. Les quatre toiles devaient représenter les « idées de justice, d’émulation, de magnanimité et de concorde » (lettre de Mme Geoffrin au roi de Pologne, 29 janvier 1766). La Continence de Scipion, dessinée par Boucher mais exécutée finalement par Vien en 1768, figurait la justice ; César devant la statue d’Alexandre, l’idée d’émulation ; La Tête de Pompée présentée à César, de Lagrenée, l’idée de magnanimité ; Scilurus et ses enfants, de Hallé, l’idée de concorde.
3. L’esquisse de ce tableau a été acquise par le musée d’Arras en 1968.

Analyse de l’image :
    Livret du Salon de 1767 :
    « Par M. Vien, Professeur. […]
    16. César débarquant à Cadix, trouve dans le Temple d’Hercule la Statue d’Alexandre, & gémit d’être inconnu à l’âge où ce Héros étoit déjà couvert de gloire.
    Ce Tableau ceintré, de 8 pieds 9 pouces de haut, sur 4 pieds 9 pouces de large, appartient à S. M. le Roi de Pologne. »
   
   Mercure de France, octobre 1767, p. 164 :
    « Nous pensons de même au sujet du tableau représentant César qui, passant devant la statue d’Alexandre, gémit d’être inconnu à l’âge où ce héros étoit déjà couvert de gloire. Ce morceau, ordonné par le Roi de Pologne, juste appréciateur des vertus & de stalens, réunit au pathétique des expressions, le brillant du coloris & les grâces d’une belle manœuvre. »
   
    L’épisode se situe au début de la carrière de César, alors qu’il vient d’être envoyé en Espagne comme questeur (vers -60), et avant le premier triumvirat et la conquête de la Gaule : « Comme questeur, il lui échut l’Espagne ultérieure (= méridionale). [...] Étant venu à Gadès (= Cadix), il remarqua près du temple d’Hercule une statue d’Alexandre le Grand : il se mit alors à gémir et, comme écœuré de son inaction, en pensant qu’il n’avait encore rien fait de mémorable à l’âge où Alexandre avait déjà soumis toute la terre, il demanda tout de suite un congé pour saisir le plus tôt possible, à Rome, les occasions de se signaler. » (Suétone, Vie de César, 7).
    Vien s’est peut-être inspiré de l’Histoire romaine de Roslin.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Varsovie, Château royal
Traitement de l’image : Scanner
    Commande n°     Cliché n°
Localisation de la reproduction : Collection particulière
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 31/05/2002
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.