Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Les Amours de la jument (Denis Diderot, Les Bijoux indiscrets, 1748, fig. 5)
Les Amours de la jument (Denis Diderot, Les Bijoux indiscrets, 1748, fig. 5)
Cette notice fait partie d’une série : [Denis Diderot], Les Bijoux indiscrets, Au Monomotapa [Paris, Durand, 1748] (pièce ou n° 5 / 9)

Datation : 1748

Source textuelle : Diderot, Les Bijoux indiscrets (1748) Chapitre 31, 13e essai de l’anneau

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle
Dispositif : Scène (espace vague/espace restreint)

Objets indexés dans l’image :
Cheval / Fenêtre / Les personnages font cercle autour de la scène / Miroir / Personnage de dos / Perspective d’architecture / Spectateur au premier plan / Statue

Nature de l’image : Gravure sur cuivre
Dimensions :  Hauteur 11,5 * Largeur 7 cm

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimés, Y2 12479 (1)
Notice n° A0605   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : La Toilette de Psyché (man. de Beauvais) - Boucher // La Mort de Germanicus - Poussin // Mademoiselle de Clermont en sultane - Nattier // Gulliver s’habille chez les Houyhnhnms (Voyages de Gulliver, IV, 1796)

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
Problème d'attribution des auteurs ; Mentions sur la page en dehors de l’image.
1.T. 1. Pag. 333 (en haut à droite) 2. 3. Le graveur parodie le motif iconographique de la femme à le toilette. On retrouve le même type d’architecture, avec perspective décalée, dans l’illustration de La Petite jument et, hors des Bijoux, dans La Mort de Germanicus de Poussin.

Analyse de l’image :
    La scène se déroule dans l’écurie. Au premier plan, assis de trois quarts à un petit bureau, Mangogul, reconnaissable à son absence de perruque (comparer avec la fig3), désigne de son index la jument dont il a décidé de faire parler le bijou, à moins qu’il n’intime l’ordre à son secrétaire de transcrire les hennissements du bijou. Au centre, la jument est représentée comme une parodie de dame de la cour à sa toilette. Une servante lui présente un miroir tandis qu’une autre ajuste sur sa tête une aigrette. A gauche, une troisième décrotte l’un de ses sabots arrière (la coiffe qu’elle porte à la tête la désigne comme une femme), tandis qu’un courtisan se baisse pour saluer le sultan et la jument : il s’agit du « Provençal », le second secrétaire de Mangogul. Ce groupe, constitué par la jument, les trois servantes et le Provençal, constitue l’espace restreint de la scène. La servante à genoux, placée de dos en bas à gauche sur la gravure, est disposée symétriquement à la jument, qui elle est de face. La jument

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Scanner
Photographie sur papier    Commande n°     Cliché n°
Localisation de la reproduction : Montpellier, Inst. de rech. sur la Renaissance l’âge classique & les Lumières
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 31/05/2002
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.