Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Ariodant & le roi d’Ecosse, Roger & l’hippogriffe (RolFur 1584 ch6) - G. Porro
Ariodant & le roi d’Ecosse, Roger & l’hippogriffe (RolFur 1584 ch6) - G. Porro Auteur : Porro, Girolamo (1520-1604), graveur, dessinateur et écrivain d’art

Cette notice fait partie d’une série : Lodovico Ariosto, Orlando furioso, Venise, F. Franceschi, 1584 (pièce ou n° 6 / 46)

Datation : 1584

Source textuelle : Roland furieux, chant 06 (Roger et l’hippogriffe, Astolphe en myrte)

Sujet de l’image : Fiction, 16e siècle
Dispositif : Composition narrative. Plusieurs épisodes

Objets indexés dans l’image :
Cheval / Hippogriphe, Pégase, cheval ailé / Licorne / Mur ou séparation

Nature de l’image : Gravure sur cuivre
Dimensions :  Hauteur 20,3 * Largeur 14 cm

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Résac yd 396
Notice n° A0617   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : L’Orgueilleux de la lande se constitue prisonnier (Ms de Perceval, Montpellier) // Roger dans l’île d’Alcine (Roland furieux Valvassori 1566, ch6) // Roger dans l’île d’Alcine (Roland furieux Venise Zatta 1776, ch6) // Roger attache son hippogriphe à un myrte (Rol furieux Venise Valgrisi 1562 ch6)

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
Problème d’attribution des auteurs.
1. La gravure est numérotée VI dans un petit médaillon en haut au centre de la bordure. En haut à gauche, numéro de la page, 50 et CANTO [SESTO, page de droite]. Argument, p. 51 : « Con l’amata sua Donna Ariodante Ha in dote il bel Ducato d’Albania. Ruggiero in tanto sù’l destrier volante Al regno capitò d’Alcina ria. Oue da l’uman Mirto ode le tante Frode di lei, e per partir d’inuia; Ma troua alto contrasto; echi da pena Indi l’ha tratto à noua pugna il mena. » 3. G. Porro a ajouté la scène écossaise parrapport à la composition de la gravure Valgrisi.

Analyse de l’image :
        Le premier plan de la gravure se situe sous les murs (« le mura » ; V, 78) de Saint-Andrews, où le roi d’Écosse tient sa cour; l’arrière-plan est occupé par l’île d’Alcine, au-delà des colonnes d’Hercule (VI, 17), en plein océan Atlantique. Ces deux espaces, géographiquement hétérogènes, sont séparés par un mur de convention. Le mur est donc à la fois mur matériel de la cité de Saint-Andrews et mur structurel de division des espaces de la représentation.     Le premier plan correspond aux seize premières strophes, qui concluent l’histoire d’Ariodant et de Guenièvre, commencée au chant précédent. Rappelons qu’il y a eu deux combats : Lurcain a vu son frère Ariodant se jeter dans la mer, désespéré de ce qu’il croyait être l’infidélité de Guenièvre avec Polinesse, mais qui n’était qu’une mise en scène. Lurcain, pour venger la mort supposée de son frère, accuse publiquement Guenièvre. Ariodant qui n’est pas mort revient incognito et réclame contre son frère un duel judiciaire, pour laver l’honneur de Guenièvre, qu’il aime toujours malgré ce qu’il croit avoir vu. Ce duel entre les deux frères est interrompu par l’arrivée de Renaud qui, grâce au récit de Dalinde, la servante de Guenièvre séduite par Polinesse pour monter la mise en scène des amours de Guenièvre, démasque Polinesse. Renaud provoque alors au combat Polinesse, le vrai coupable, et triomphe.     La scène représentée sur la gravure se situe sur le « campo » du combat judiciaire (« un prato spazïoso e piano », V, 79). Elle illustre en fait la dernière strophe du chant V (str92) : à droite, le roi d’Écosse qui a fini de féliciter Renaud, à sa gauche, pour sa victoire contre le traître Polinesse, se tourne vers le mystérieux chevalier qui a pris la défense de sa fille injustement accusée d’amours illégitimes, provoquant le duel judiciaire contre Lurcain. L’inconnu vient de descendre de son cheval et découvre son identité en ôtant son casque : son nom ne sera donné qu’au début du chant VI (str3). Le roi tend alors les bras vers Ariodant et lui accorde la main de sa fille Guenièvre, dont il a su rester l’amant respectueux et fidèle. Il s’agit donc à la fois d’une scène de pardon, de reconnaissance et de consentement.     Au second plan, en haut à droite, Roger (dont on ne distingue que la jambe gauche) monté sur son hippogriphe pique vers l’île d’Alcine (str19). Tout à gauche, il attache malencontreusement sa monture à un myrte, qui n’est autre qu’Astolphe métamorphosé parAlcine (str23). Plus à droite il se repose et se désaltère à la rivière (str25). Au centre, sur les conseils d’Astolphe il prend la route des montagnes vers la droite, afin d’éviter la cité d’Alcine, à gauche (str55-60). A droite, un peu plus haut, il rencontre, comme le lui avait annoncé Astolphe, une troupe de créatures monstrueuses chargées de le repousser vers la cité d’Alcine. Il engage alors un combat inégal (str61-67), interrompu, plus haut au centre, par l’arrivée de deux belles dames montées sur des licornes et venant de la ville (str68). Il les suit jusqu’à la cité où il reçoit un magnifique coursier en échange de son hippogriphe (str76) : pour simplifier, la gravure présente Roger devant les deux dames, tenant le cheval par la bride. L’hippogriphe a disparu.     L’espace de la représentation est complété par des personnages ornementaux qui n’interviennent pas dans la narration : au premier plan à droite, deux lapins, un cerf et une biche se promènent dans la forêt. A gauche, au dessus de l’hippogriphe attaché au myrte, deux chevrettes sont étendues dans l’herbe. En haut à gauche, deux promeneurs sortent de la ville. En haut à droite, derrière un bras de mer ou une rivière, un homme est appuyé sur un bâton. Enfin, dans le lointain, on distingue les voiles de quelques bateaux.         Si Girolamo Porro suit la composition de l’édition Valgrisi dans la partie supérieure de la gravure, la partie inférieure est de son cru, ce qui explique probablement son caractère extrêmement scénique.


Sujet de recherche : Iconographie du Roland furieux
Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Scanner
Photographie sur papier    Commande n° 2110189    Cliché n°
Localisation de la reproduction : Montpellier, Inst. de rech. sur la Renaissance l’âge classique & les Lumières
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 31/05/2002
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.