Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Angélique nue sur son rocher (villa Valmarana) - Tiepolo
Angélique nue sur son rocher (villa Valmarana) - Tiepolo Auteur : Tiepolo, Giambattista (1696-1770)

Cette notice fait partie d’une série : Tiepolo, villa Valmarana (pièce ou n° 4 / 0)

Datation : 1757

Source textuelle : Roland furieux, chant 10 (Biren trahit Olympe, Roger et l’orque) st. 95-99

Sujet de l’image : Fiction, 16e siècle
Dispositif : Personnage unique

Nature de l’image : Fresque

Lieu de conservation : Vicence, Villa Valmarana

Bibliographie : Renzo Chiarelli, I Tiepolo a Villa Valmarana, Milan, Scode, n° 6
Notice n° A0761   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Persée délivre Andromède (version du Prado) - Rubens // Andromède - Rembrandt // Marie Madeleine repentante renonce à toutes les vanités de ce monde - Le Brun

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
3. Angélique semble curieusement ici représentée sur le modèle d’une Madeleine repentante...

Analyse de l’image :
     L’originalité de cette fresque est de centrer la composition sur le corps exposé et dénudé d’Angélique, et non sur le traditionnel combat de Roger contre l’orque (en fait Roger monté sur son hippogriffe est présent en haut de la fresque mais je n’en ai pas trouvé de reproduction). La pâleur des couleurs efface le contour des espaces. Il n’y a pas d’espace restreint de la scène: c’est immédiatement au corps d’Angélique que notre œil est affronté, sans effraction. Une autre logique du regard se met en place, une logique scopique perverse et sado-masochiste : face à Angélique qui semble se recommander une dernière fois au Ciel avant de mourir, l’œil du spectateur ne peut que s’identifier à la gueule de l’orque. Nous dévorons des yeux ce corps offert et gracieusement cambré, comme l’orque pourrait dévorer Angélique.


Sujet de recherche : Iconographie du Roland furieux
Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Vicence, Villa Valmarana
Traitement de l’image : Scanner
    Commande n°     Cliché n°
Localisation de la reproduction : Collection particulière (Montpellier)
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 29/07/2002
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 24/12/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.