Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Justine fouette Roland pendu dans son cachot (Nlle Justine, 1799, ch18, fig36)
Justine fouette Roland pendu dans son cachot (Nlle Justine, 1799, ch18, fig36) Auteur : Bornet, Claude, peintre et graveur du XVIIIe siècle

Cette notice fait partie d’une série : La Nlle Justine ou les malheurs de la vertu, [Colnet du Ravel] 1797 [1799] (pièce ou n° 37 / 41)

Datation : entre 1797 et 1799

Source textuelle : Sade, Donatien Alphonse François, marquis de (1740-1814) La Nouvelle Justine, chapitre XVIII, Pléiade, p. 1015

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Enfer 2507 (4)
Notice n° A0993   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Astolphe rencontre Lydie aux Enfers (Rol. furieux Brunet 1776, ch34) - Cochin // Suspendu par les mains (Tratt. de gli instr. di martirio, 1591) - G. Guerra

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Au-dessus de la gravure à gauche « T. IV. », à droite « P. 210. »

Analyse de l’image :
     Justine a secouru Roland, que des voleurs foulaient aux pieds sur la route de Grenoble. Roland, qui est faux-monnayeur, l’amène à son repaire et l’y séquestre. Il tient là plusieurs femmes, qu’il jouit de voir pendues dans l’un de ses cachots, dont voici la description : « Du cintre partait une longue corde, qui tombait à huit pieds de terre, et qui, comme vous allez bientôt le voir, n’était là que pour servir à d’affreuses expéditions. À droite, était un cercueil, qu’entrouvrait le spectre de la mort, armé d’une faux menaçante ; un prie-Dieu était à côté ; sur une table, un peu au-delà, se voyait un crucifix entre deux cierges noirs, un poignard à trois lames crochues, un pistolet tout armé, et une coupe remplie de poison. £a gauche, le corps tout frais d’une superbe femme, attaché à une croix : elle y était posée sur la poitrine, de façon qu’on voyait amplement ses fesses… mais cruellement molestées ; il y avait encore de grosses et longues épingles dans les chairs, et des gouttes d’un sang noir et caillé formaient des croûtes le long des cuisses ; elle avait les plus beaux cheveux du monde ; sa belle tête était tournée vers nous, et semblait implorer sa grâce. La mort n’avait point défiguré cette sublime créature ; et la délicatesse de ses traits, moins offensée de la dissolution que d ela douleur, offrait encore l’intéressant spectacle d ela beauté dans le désespoir. Le fond du caveau était rempli par un vaste canapé noir, duquel se développaient au regard toute sles atrocités de ce lieu. » (Pp. 1015-1016.)
    Mais cette fois-ci, Roland demande à Justine d’inverser les rôles : Justine doit le lier, le fouetter et le pendre. C’est Roland qui connaître la jouissance de l’étranglement, qu’il inflige d’ordinaire à ses victimes : « Et comme Roland bandait à ces mots, il s’élance sur le tabouret : Justine lui lie les mains, l’attache ; il veut qu’elle l’invective pendant ce temlps-là, qu’elle lui reproche toute sles horreurs de s avie : notre héroïne le fait. Bientôt le vit de Roland menace le ciel ; lui-même fait signe de retirer le tabouret... Le croira-t-on ?… Rien de si vrai que ce qu’avait cru Roland ; ce ne furent que des symptômes de plaisir qui se manifestèrent sur le visage de ce libertin, et presque au même instant, des jets rapides de semence s’élancent à la voûte. Quand tout est répandu, sans que Justine ait aidé en quoi que ce puisse être, elle vole le dégager : il tombe évanoui ; mais à force de soins, elle lui fait bientôt reprendre ses sens. Oh ! Justine, dit-il en ouvrant les yeux, on ne se figure point ces sensations ; elles sont au-dessus de tout ce qu’on peut dire : qu’on fasse maintenant de moi ce qu’on voudra, je brave le glaive de Thémis. » (Pp. 1031-1032.)
   

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Image Web
    Commande n°     Cliché n°
Localisation de la reproduction : http://gallica.bnf.fr
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 05/11/2002
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 27/08/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.