Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
La famille Harlowe juge Clarisse - Highmore
La famille Harlowe juge Clarisse - Highmore Auteur : Highmore, Joseph (1692-1780)

Datation : entre 1748 et 1749   (date conjecturale)

Source textuelle : Richardson, Clarissa L007 (Reproches familiaux à Clarisse)

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Objet indexé dans l’image : Personnage de dos

Lieu de conservation : New Haven, Yale Center for British Art

Bibliographie : Samuel Richardson, Clarissa, éd. Angus Ross, Penguin 1985, Couv.; p. 1515
Notice n° A1042   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : La Remontrance paternelle / Scène de bordel - Gerard Terborch

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. The Paul Mellon collection.
Highmore avait réalisé douze tableaux pour « Pamela ». Pendant que Richardson rédigeait « Clarissa », Highmore peignit un portrait de Clarisse que le romancier met en scène dans son œuvre (CH1985, p. 509; CH1999I, p. 717).

Analyse de l’image :
     « Après avoir rendu mes devoirs à mes oncles, et fait mon compliment à ma sœur, qui m’écouta d’un air sérieux et contraint ; je reçus ordre de m’asseoir. Je me sentois le cœur chargé, et je répondis que si je n’avois pas un accueil moins effrayant et moins extraordinaire à espérer, il me convenoit mieux de demeurer debout. Mon embarras m’obligea de tourner le visage et de tirer mon mouchoir.
    Aussitôt mon frère, ou mon accusateur, prit la parole, et me reprocha de n’avoir pas reçu moins de cinq ou six visites chez Miss Howe, de la personne qu’ils avoient tous de si fortes raisons de haïr : ce fut son expression ; et cela, malgré l’ordre que j’avois reçu de ne le pas voir. Niez, me dit-il, si vous l’osez. »
   
    Clarisse est convoquée devant l’assemblée de la famille Harlove pour rendre compte des visites que Lovelace lui a faites lors de son séjour chez son amie Miss Howe.
   Clarisse, à gauche, tire son mouchoir pour pleurer. Sur la droite, M. Harlowe, qui souffre de la goutte, dispose d’un repose-pied. Au premier plan, de dos et gesticulant, James, le frère. Complètement à droite, aux côtés du père, Bella, la grande sœur laide, prend un air effarouché. Au centre, tournée vers sa fille, Mrs Harlowe semble plus encline à l’écouter. Au fond, entre James et son père, les deux oncles se consultent l’un l’autre, ne sachant que penser.
   Tournée à l’envers, sur la gauche, la chaise verte indique le désordre de la scène.
    (CH1985, L7 pp. 58-61; CH1999I, pp. 87-91).


Sujet de recherche : B. Tane, Roman&Illustration, chap. Richardson
Informations sur l’image :
Auteur du cliché : New Haven, Yale Center for British Art
Traitement de l’image : Image Web
    Commande n°     Cliché n°
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Benoît Tane     Date de création : 14/10/2002
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 14/03/2018
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.