Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
La Gimblette (version de Munich) - Fragonard
La Gimblette (version de Munich) - Fragonard Auteur : Fragonard, Jean-Honoré (1732-1806)

Datation : 1768   (date conjecturale)

Sujet de l’image : Sujet de genre. Scène d’intérieur
Dispositif : Scène (espace vague/espace restreint)

Objets indexés dans l’image :
Femme étendue sur un lit / Porte entrebâillée / Rideau(x) de lit

Nature de l’image : Peinture sur toile
Dimensions :  Hauteur 89 * Largeur 70 cm

Lieu de conservation : Munich, Alte Pinakothek, coll. de la Bayerische Hypotheken-und Weschell-Bank

Bibliographie : P. Rosenberg et M.-A. Dupuy, Fragonard (cat), RMN, 1987, n° 110, p. 232
Notice n° A1065   (n°9 sur 51)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Comparaison avec d’autres notices : Haria et ses chiens (Denis Diderot, Les Bijoux indiscrets, 1748, fig. 4) // La Gimblette (Paris, collection Cailleux) - Fragonard

Analyse de l’image :
    Jeune fille faisant danser son chien sur son lit, dit à tort La Gimblette. Les gimblettes étaient de petites pâtisseries sèches en forme d’anneaux. Sur certaines version de ce tableau,la jeune fille tient d’une main une gimblette qu’elle tend au petit animal. Le rideau de lit, largement ouvert devant nous, rend invisible la jeune fille depuis la porte qu’on distingue sur la gauche. Cette porte indique la possibilité d’une effraction voyeuriste, l’effraction même que nous pratiquons en regardant cette scène intime. La queue du chien dissimule le sexe de la jeune fille. C’est la pliure rose sous son genou et l’ombre sous son mollet qui désignent, par un léger déplacement, le sexe interdit au regard.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Munich, Alte Pinakothek
Traitement de l’image : Scanner
    Commande n°     Cliché n°
Localisation de la reproduction : Collection particulière
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 18/11/2002
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.