Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
La mort de Virginie - Doyen
La mort de Virginie - Doyen Auteur : Doyen, Gabriel-François (1726-1806)

Cette notice fait partie d’une série : Paris, Salon de 1759 (pièce ou n° 119 / 164)

Datation : 1758

Sources textuelles : Tite-Live, Histoire romaine, livre III Chapitres XLIV-XLVIII
Diderot, Salons Versini IV 199

Sujet de l’image : Sujet historique. La Mort de Virginie

Objets indexés dans l’image :
Colonnes / Estrade / Marches / Trône, siège de commandement

Nature de l’image : Peinture sur toile

Lieu de conservation : Parme, Galleria Nazionale

Bibliographie : Diderot et l’art de Boucher à David (cat), 1984, p. &79
Notice n° A1131   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Histoire de Virginie - Botticelli // Armide aux pieds de Godefroi (Jérusalem délivrée, ch4, 1590) - Castello // La mort de Virginie (dessin de l’Ermitage) - Doyen // Drusille s’empoisonne avec Tanacre (Rol. furieux Brunet 1776, ch37) - Moreau // La mort de Virginie (esquisse de Rennes) - Gabriel François Doyen // La mort de Virgine - Nathaniel Dance

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. Tableau d’agrément de l’artiste à l’Académie. Doyen fut agréé le 5 août 1758. C’est la première peinture qu’acquiert Philippe de Bourbon, duc de Parme, pour sa galerie, sur le conseil du marquis du Tillot, en 1760. Doyen aurait séjourné à Parme en 1756, à son retour de Rome pour Paris.
3. Dessins préparatoires dispersés au Louvre, à l’Ermitage, à Francfort. Une esquisse se trouve dans une collection hollandaise. Une copie d’après un dessin de Vien, au musée de Rochefort.
La localisation actuelle de son tableau de réception en 1759, « Jupiter et Junon recevant d’Hébé le nectar » (235x177 cm), est inconnue. Une réplique en est conservée au musée d’art et d’histoire de Langres, inv. 863-1-2.

Analyse de l’image :
    Livret du Salon de 1759 :
    « Par M. Doyen, Agréé.
    119. La mort de Virginie. Virginius, Romain, de Famille Plébéienne, avoit une Fille âgée de quinze ans, promise en mariage à Icilius, qui avoit été Tribun. Le Decemvir Appius, n’ayant pû la séduire, engagea Claudius, un de ses Clients, à la saisir & la revendiquer comme son Esclave ; mais cette violence ayant excité les cris du peuple, le Decemvir n’osa décider en l’absence de Virginius, qui étoit à l’armée, & remit la cause au lendemain. On a représenté le moment du jour suivant où Virginie est dans la Place publique au pied du Capitole, devant le Tribunal d’Appius, accompagnée de son Pere, de sa Gouvernante, d’Icilius, & de plusieurs Dames Romaines, témoins des couches de sa mere qui étoit morte. Le Decemvir aveuglé par sa passion, sans vouloir rien entendre, prononce que Virginie appartient à Claudius, & commande aux Soldats qu’il avoit fait descendre du Capitole de chasser le peuple. Tous ceux qui assistent à ce Jugement inique, jettent des cris & veulent s’opposer à son exécution. Le Peintre a préféré ce moment à l’horreur de celui qui le suivit, où Virginius sacrifia sa fille pour lui sauver l’honneur & la liberté. Ce Tableau a vingt pieds de largeur sur douze de hauteur. »
   
    « La Mort de Virginie par Doyen est une composition immense où il y a de très belles choses. Le défaut c’est que les figures principales sont petites, et les accessoires grandes. Virginie est manquée ; ce n’est ni Appius, ni Claudius, ni le père, ni la fille qui m’attachent ; mais des gens du peuple, des soldats et d’autres personnages qui sont aussi du plus beau choix ; et des draperies d’un moelleux, d’une richesse et d’un ton de couleur surprenant. » (Diderot, Salon de 1759, Ver IV 199)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Parme, Galleria Nazionale
Traitement de l’image : Scanner
    Commande n°     Cliché n°
Localisation de la reproduction : Collection particulière
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 27/01/2003
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.