Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
M. B tente de se réconcilier avec Pamela (Pamela 1742, vol. 1) - Hayman
M. B tente de se réconcilier avec Pamela (Pamela 1742, vol. 1) - Hayman Auteur : Hayman, Francis (1708-1776)
Œuvre signée.
Graveur : Gravelot, Hubert-François Bourgignon dit (1699-1773)

Cette notice fait partie d’une série : Richardson, Pamela or virtue rewarded, 4 vol., Londres, 1742 (pièce ou n° 6 / 29)

Datation : 1742

Source textuelle : Richardson, Pamela (1740) mercredi au soir, p. 467

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre
Notice n° A3797   (n°6 sur 29)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Comparaison avec d’autres notices : Pamela s’évanouit - Joseph Highmore // Mr. B tente de se réconcilier avec Paméla (Pamela, Leipzig, 1750, fig.6)

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. En haut à droite « Vol. I. p358. » En bas à gauche « F. Hayman inv », à droite « F. Gravelot sc. »

Analyse de l’image :
        Pendant que l’infâme Mme Jewkes maintenait Pamela, M. B l’a embrassée de force, provoquant sa pamoison. Quand elle s’éveille, il lui jure qu’il n’a commis aucune indécence durant sa faiblesse : le viol a été évité de justesse.    Plusieurs promenades en tête à tête dans le jardin ne parviennent pas à fléchir Paméla. Mais l’attitude de M. B se modifie. Il lui demande, étant entendu que leur différence de condition leur interdit de se marier, ce qu’elle veut qu’il fasse.     « Maintenant, Pamela, jugez pour moi ; et puisque je vous ai déclaré sincèrement ma pensée, et que je vois à vos yeux, à votre rougeur et à cette aimable confusion que j’aperçois sur votre visage, que vous avez quelque chose d’important à me dire, parlez avec franchise et avec candeur ; dites-moi naïvement ce qu’il faut que je fasse, ce que vous voudriez que je fisse. » (P. 467) Pénétrée de la noblesse du procédé de M. B, Pamela se jette à ses genoux. Elle lui conseille de la laisser partir chez ses parents et de fréquenter des demoiselles de sa condition.    Toute la conversation tendre qui suit est fondée sur cette double contrainte : Pamela ne donnera rien sans le mariage et le mariage est ce qui ne peut être donné.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché :
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 25/09/2005
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.