Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Pamela saute par la fenêtre pour fuir lady Davers (Pamela 1742, vol.2) - Hayman
Pamela saute par la fenêtre pour fuir lady Davers  (Pamela 1742, vol.2) - Hayman Auteur : Hayman, Francis (1708-1776)
Œuvre signée.
Graveur : Gravelot, Hubert-François Bourgignon dit (1699-1773)

Cette notice fait partie d’une série : Richardson, Pamela or virtue rewarded, 4 vol., Londres, 1742 (pièce ou n° 12 / 29)

Datation : 1742

Source textuelle : Richardson, Pamela (1740) Œuvres de Prévost, 1823, t18, p. 322

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre
Notice n° A3803   (n°12 sur 29)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Comparaison avec d’autres notices : P. saute par la fenêtre pour fuir L. Davers (Pamela Leipzig 1750 fig.12) - Brühl

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. En haut à droite « Vol. II. p. 267. ». En bas à gauche « F. Hayman inv. », à droite « H. Gravelot scul. »

Analyse de l’image :
        « J’étois navrée jusqu’au fond de l’âme par ce torrent d’extravagances dictées par la rage, et de me voir ainsi privée du plaisir d’aller où étoit l’objet unique de tous mes désirs, et de surcroît je tremblois d’encourir la disgrace de mon cher maître. Je vis en m’asseyant, qu’il n’étoit pas fort difficile de sauter par la fenêtre dans la cour, avec laquelle la salle étoit de niveau, et que j’en avois un bon moyen, n’ayant pas rabaissé le châssis lorsque j’avois parlé à madame Jewkes. Je n’eus pas plus tôt aperçu que milady avoit gagné l’autre bout de la salle dans ses allées et venues, que je montai sur le siége de la fenêtre, et la franchis comme un éclair. Je m’enfuis à toutes jambes, tandis que milady me rappeloit à une fenêtre et sa suivante à l’autre. Deux de ses gens accoururent à ses cris, et comme elle leur ordonnoit de m’arrêter : Touchez-moi, si vous l’osez, faquins, leur dis-je. Les ordres de leur maîtresse l’auroient emporté sur mes menaces ; mais M. Colbrand, à qui il paroît que madame Jewkes, voyant comme on me traitoit, avoit eu la bonté d’ordonner de se trouver à portée, accourut, et prenant son air terrible et massacrant, qui me parut lui convenir pour la première fis, jura qu’il échineroit (ce fut son expression) le premier qui attenteroit de toucher à s amaîtresse. Il vint tout de suite courir à mes côtés ; et j’entendis milady dire en propres termes : La créature vole comme un oiseau. » (P. 522.)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché :
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 26/09/2005
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.