Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Supplice de Jacques de Molai (H. Martin, Hist. de France, 1886) - Bayard
Supplice de Jacques de Molai (H. Martin, Hist. de France, 1886) - Bayard Auteur : Bayard, Émile Antoine (1837-1891)
Œuvre signée.
Graveur : Burgun, Georges Marcel, peintre (et graveur ?) français du 19-20e siècle

Cette notice fait partie d’une série : Henri Martin, Histoire de France populaire, Paris, Furne-Jouvet, s. d. (pièce ou n° 74 / 116)

Datation : 1886

Sujet de l’image : Histoire moderne. 14e siècle. France

Nature de l’image : Gravure
Dimensions :  Hauteur 10,4 * Largeur 13,8 cm

Lieu de conservation : Collection particulière (Cachan)
Notice n° A3973   (n°10 sur 30)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé en bas à gauche « G. BURGUN », à droite « Emile Bayard ».
2. Chapitre XXV, « Les successeurs de saint Louis. Philippe le Bel. (1270-1344.) », p. 329.

Analyse de l’image :
       « Le grand maître Jacques de Molai et les trois principaux dignitaires de l’ordre [des Templiers] en France étaient depuis plus de six ans dans les prisons du roi, lorsque le pape nomma enfin une commission pour les juger.     La commission fit amener les quatre prisonniers sur la place du parvis de Notre-Dame, à Paris. Ils répétèrent d’abord leurs aveux, et on lut leurs sentences, qui les condamnaient à la prison perpétuelle. Mais voici qu’alors le grand maître Jacques de Molai et l’un de ses compagnons revinrent sur leurs aveux et déclarèrent qu’ils n’avaient avoué que pour échapper aux tourments, et qu’eux et leur ordre étaient innocents.     Les commissaires du pape, ne sachant que faire, s’ajournèrent au lendemain. Mais, à la nuit tombante, le roi fit conduire le grand maître et son compagnon dans une petite île de la Seine située à l’ouest de la Cité, et, là, il les fit brûler ensemble, sans qu’ils eussent été condamnés par aucun juge.     Ils souffrirent la mort avec tant de constance, dit la chronique, qu’ils laissèrent dans l’admiration et la stupeur tous les témoins de leur supplice (11 mars 1314).     Cette île, à présent réunie à l’île de la Cité, occupait l’emplacement de la place Dauphine et du môle où est la statue de Henri IV. On prétendit que le grand maître, du haut de son bûcher, avait ajourné le roi et le pape, sous bref délai, devant le tribunal de Dieu.     Le pape mourut quarante jours après (20 avril 1314) ; le roi, quoique jeune encore, ne devait pas voir la fin de l’année. » (P. 331.)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Cachan, Stéphane Lojkine
Traitement de l’image : Scanner
Localisation de la reproduction : Collection particulière
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 15/12/2005
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.