Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Persécution des lépreux (H. Martin, Histoire de France, 1886) - Bayard
Persécution des lépreux (H. Martin, Histoire de France, 1886) - Bayard Auteur : Bayard, Émile Antoine (1837-1891)
Œuvre signée.
Graveur : Burgun, Georges Marcel, peintre (et graveur ?) français du 19-20e siècle

Cette notice fait partie d’une série : Henri Martin, Histoire de France populaire, Paris, Furne-Jouvet, s. d. (pièce ou n° 76 / 116)

Datation : 1886

Sujet de l’image : Histoire moderne. 14e siècle. France

Nature de l’image : Gravure
Dimensions :  Hauteur 10,4 * Largeur 13,8 cm

Lieu de conservation : Collection particulière (Cachan)
Notice n° A4082   (n°12 sur 30)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé en bas à gauche « G. BURGUN », à droite « Emile Bayard ». 2. Chapitre XXVI, « Décadence de la France féodale. Les fils de Philippe le Bel. (1314-1328.) », p. 341.

Analyse de l’image :
     « C’était naturellement parmi les misérables et les déshérités de ce monde que la sorcellerie, cette religion de rage et de désespoir, se répandait davantage. Les plus malheureux entre tous étaient alors les lépreux, qui étaient si nombreux qu’ils formaient comme un petit peuple dans le peuple. Cette affreuse maladie, qui a aujourd’hui à peu près disparu de chez nous, était alors dans toute sa force, et s’était tellement propagée à la suite des croisades, qu’on avait été obligé de bâtir hors de chaque ville un grand hôpital où l’on enfermait les lépreux. On nommait ces hospices des ladreries, parce qu’ils étaient sous l’invocation du Lazare de l’Évangile, patron des souffreteux, qu’on appelait communément saint Ladre. Les lépreux vivaient là entre eux et se perpétuaient dans ces espèces de cités empestées, objets d’effroi pour le reste des hommes. Il paraît que beaucoup de ces malheureux se mirent en tête qu’au moyen de sortilèges ils pourraient rendre tout le monde lépreux comme eux, et feraient cess

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Cachan, Stéphane Lojkine
Traitement de l’image : Scanner
Localisation de la reproduction : Collection particulière
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 18/01/2006
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.