Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Meurtre des deux Maréchaux (Henri Martin, Histoire de France, 1886) - Bayard
Meurtre des deux Maréchaux (Henri Martin, Histoire de France, 1886) - Bayard Auteur : Bayard, Émile Antoine (1837-1891)
Graveur : Burgun, Georges Marcel, peintre (et graveur ?) français du 19-20e siècle

Cette notice fait partie d’une série : Henri Martin, Histoire de France populaire, Paris, Furne-Jouvet, s. d. (pièce ou n° 84 / 116)

Datation : 1886

Sujet de l’image : Histoire moderne. 14e siècle. France
Dispositif : Scène (espace vague/espace restreint)

Objet indexé dans l’image : Rideau de séparation

Nature de l’image : Gravure
Dimensions :  Hauteur 13,7 * Largeur 10,3 cm

Lieu de conservation : Collection particulière (Cachan)
Notice n° A4104   (n°20 sur 30)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé en bas à gauche « Émile Bayard », à droite « G. BURGUN ».
2. Chapitre XXVIII, « Suite de la guerre des Anglais. Étienne Marcel. (1350-1358.) », p. 381.

Analyse de l’image :
       Paris est assiégé par des brigands et le duc de Normandie, qui fait office de régent depuis que le roi Jean est prisonnier des Anglais, se terre au Louvre. « Le prévôt Marcel, les échevins et les principaux bourgeois, perdant patience, prirent alors une résolution qu’ils eussent mieux fait, dit la chronique, de ne jamais exécuter. Ils firent sonner le tocsin à Notre-Dame, et marchèrent, à la tête du peuple armé, droit au Palais de la Cité. Étienne Marcel monta jusque dans la chambre du duc de Normandie, et, après d’aigres paroles entre le duc et le prévôt, Marcel dit à ses gens de faire ce pourquoi ils étaient venus.     Les compagnons du prévôt tirèrent leurs épées, coururent sur les sires de Conflans et de Clermont, maréchaux de Champagne et de Normandie, et les tuèrent presque dans les bras du duc, qui en eut le sang sur sa robe. C’étaient ces deux maréchaux qu’on accusait d’être les pires conseillers du duc.     Tous les autres officiers et gentilshommes du duc s’étaient enfuis ; le duc, fort épouvanté, pria Marcel de le sauver. Marcel lui dit qu’il n’avait rien à craindre, et lui mit sur la tête son chaperon rouge et bleu [i. e. aux couleurs de la Ville]. » (Pp. 381-382.)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Cachan, Stéphane Lojkine
Traitement de l’image : Scanner
Localisation de la reproduction : Collection particulière
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 21/01/2006
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.