Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Concorde (Alciat, Emblematum Libellus, 1542)
Concorde (Alciat, Emblematum Libellus, 1542)
Cette notice fait partie d’une série : Andreas Alciatus, Emblematum Libellus, Paris, Wechel, 1542 (pièce ou n° 28 / 116)

Datation : 1542

Sujet de l’image : Allégorie

Nature de l’image : Gravure sur bois

Lieu de conservation : Munich, Bayerische Staatbibliothek
Notice n° A4181   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : L’apparition de Jérusalem aux croisés (Jérusalem délivrée, ch3, 1628) - Valesio // Concordia (Emblèmes d’Alciat, 1551)

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Concordia. [Emblème] XXVII.
In bellum civile duces cum Roma pararet,   
Viribus et caderet Martia terra suis :
Mos fuit in partes turmis coeuntibus easdem   
Coniunctas dextras mutua dona dare.
Foederis haec species: id habet concordia signum,   
Ut quos iungit amor, iungat et ipsa manus.
2. Traduction française par Lefevre, Paris, Wechel, 1536 (même gravure) : Concorde. Pour la paix faire & casser guerre,
Les anciens touchoient aux mains :
Et n’avoient pour serment aultre arre,
Les capitaines des Romains.
Ce signe feist les cueurs humains,
Et joignoit la main les concordes :
Ores tel signe n’est ferme, ains,
L’on rompt bien du serment les cordes.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Munich, Bayerische Staatbibliothek
Traitement de l’image : Scanner
Localisation de la reproduction : Paris, Bibliothèque de l’École normale supérieure
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 17/02/2006
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.