Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Le Marquis de Marigny et sa femme - Louis-Michel Vanloo
Le Marquis de Marigny et sa femme - Louis-Michel Vanloo Auteur : Van Loo, Louis Michel (1707-1771)
Œuvre signée.

Cette notice fait partie d’une série : Paris, Salon de 1769 (pièce ou n° 2 / 260)

Datation : 1769   (Œuvre datée)

Sujet de l’image : Portrait de couple

Objets indexés dans l’image :
Miroir / Scène à deux

Nature de l’image : Peinture sur toile
Dimensions :  Hauteur 97,5 * Largeur 129, cm

Lieu de conservation : Paris, Musée du Louvre, RF 1994-17
Notice n° A4740   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Portrait de la Comtesse d’Egmont Pignatelli en costume espagnol - Roslin // Mme de Pompadour assise à l’extérieur - Boucher

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé en bas à droite « L. M. Van Loo 1769 ». 2. Collection du marquis de Marigny jusqu’en 1781. Marquise de Marigny (?) ; Adélaïde Filleul (?) Auguste-Charles-Joseph comte de Flahaut ; Mercer Elphinstone d eFlahaut. Emily Jane baronne Nairne and Keith, Grande-Bretagne. Lady Emily Fitzmaurice. Vente Digby A.E.H, Londres, Sotheby’s, 20 juin 1951, n°19. Don de la Société des Amis du Louvre (1994), vente Christie’s, Londres, 10 juin 1994, n°14.

Analyse de l’image :
         « Par M. Van Loo, Ecuyer, Chevalier de l’Ordre du Roi, premier Peintre du Roi d’Espagne, Directeur de l’École Royale des Élèves protégés, ancien Recteur.    2. Le Portrait de M. & de Mme la Marquise de Marigny.    Tableau de 4 pieds de hauteur, sur 3 de largeur. »         Le marquis (né en 1725, 44 ans) est représenté dans son intimité avec sa jeune épouse de dix-huit ans, née Marie-Françoise Constance Julie Filleul, en déshabillé du matin. Mariés depuis deux ans, les époux dialoguent sans tenir compte de la présence éventuelle d’un tiers, sans regarder le spectateur : le « quatrième mur » est respecté...     Louis XV avait eu pour maîtresse Irène du Buisson de Longpré et il en avait eu une fille née à la fin de l’année 1751 et prénommée Julie-Marie-Françoise Filleul, Irène ayant épousé Charles-François Filleul. Or, de cet époux, Irène avait déjà eu une fille née le 15 janvier 1751 et prénommée Marie-Françoise-Constance Filleul. Cette dernière fut également la maîtresse de Louis XV et lui aurait aussi donné une fille, Charlotte, avant d’épouser Abel Poisson, marquis de Marigny, et frère de la Pompadour, maîtresse de Louis XV. Le couple aura une fille, Charlotte-Adélaïde, en 1771. Mais il est également possible que les deux sœurs ne soient qu’une seule personne, auquel cas, avant d’épouser Marigny, Mlle Filleul aurait été la maîtresse de son propre père. Les Filleul, concierges de père en fille des châteaux royaux de France, étaient régulièrement chargés de tenir la chandelle aux propriétaires des lieux, quand ils en montaient, à la nuit, les larges escaliers de marbre...     Après la mort de Marigny en 1781, Julie Filleul épousera, en 1783, François de La Cropte, marquis de Bourzac, dont elle divorce en 1793.     Comme dans son portrait par Tocqué, Marigny porte sur la poitrine sa décoration de l’ordre du saint esprit, qu’il reçut en 1755 et dont il fut le greffier de 1756 à 1770. Il est toujours intendant des bâtiments du roi (1751-1773). Il s’appuie semble-t-il sur une queue de billard, un divertissement alors réservé à la noblesse.


Sujet de recherche : S. Lojkine, L’Œil révolté, chap. 1, Du Salon au "Salon"
Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Musée du Louvre
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction : http://www.insecula.com (insecula)
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 30/10/2006
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.