Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
La famille Jennings - Roslin
La famille Jennings - Roslin Auteur : Roslin, Alexandre (1718-1793)

Cette notice fait partie d’une série : Paris, Salon de 1769 (pièce ou n° 41 / 260)

Datation : 1769

Sujet de l’image : Portrait de famille (conversation piece)

Nature de l’image : Peinture sur toile
Dimensions :  Hauteur 121 * Largeur 148 cm

Lieu de conservation : Stockholm, Nationalmuseum

Bibliographie : Diderot, Salons de 1767-69, éd. Bukdahl, Delon, Lorenceau, Hermann, 1990, p. 613
Notice n° A4871   (n°1 sur 1) 
Analyse de l’image :
    Livret du Salon de 1769 :
   « Par M. Roslin, Conseiller.
   39. […]
   41. Une Dame, appuyée sur son Clavecin ; près d’elle, son Mari & son beau-Frère, M. le Chevalier Gennings.
   Tableau de 4 pieds 6 pouces, sur 8 pieds 6 pouces. »
   
   Un chevalier Jennings est mentionné dans l’abrégé chronologique de l’histoire d’Angleterre à l’année 1726, comme commandant d’une escadre envoyée le long des côtes d’Espagne : « Ses ordres portaient de croiser entre Cadix et le Cap Saint Vincent pour intercepter les galions; mais il les attendit inutilement, ils ne parurent pas. Il lui était encore ordonné de veiller à la sécurité de Gibraltar, d’y envoyer, en cas de siège, toutes les troupes de débarquement qu’il avait à bord, de faire entrer dans ce port tel vaisseau de guerre qu’il jugerait à propos ; et si l’Espagne déclarait la guerre, il devait se servir de toutes les forces qu’on lui mettait en main pour causer à l’ennemi toutes sortes de dommages. L’Amiral ne fit rien de tout cela. Il se contenta de se montrer aux côtes d’Espagne, de causer quelques alarmes aux habitants, d’assurer et de protéger le commerce. Le Vice-Amiral Hosier avait moins de vaisseaux, mais il était autorisé à se faire joindre par tout ceux qui étaient dans ces mers. Sa Commission était d’empêcher les galions de sortir des ports des Indes, de les prendre s’il en sortait ;  et de les poursuivre jusqu’à ce qu’il les eut pris. Ces ordres furent inutiles. Aucun galion ne fut pris, et l’argent même qu’ils devaient transporter avait été mis en sûreté bien avant dans les terres. »


Sujet de recherche : S. Lojkine, L’Œil révolté, chap. 3, Le modèle théâtral
Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Stockholm, Nationalmuseum
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 05/12/2006
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.