Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Le Fanal exhaussé - Byrne d’après Vernet
Le Fanal exhaussé - Byrne d’après Vernet Auteur : Vernet, Claude Joseph (1714-1789)
Œuvre signée.
Graveur : Byrne, William (1743-1805)

Cette notice fait partie d’une série : Paris, Salon de 1767 (pièce ou n° 39 / 243)

Datation : 1772   (date conjecturale)   (Œuvre datée)

Sujet de l’image : Sujet de genre. Tempête, naufrage

Objets indexés dans l’image :
Bateau(x) / Les personnages sont disséminés dans une vue

Nature de l’image : Gravure sur cuivre
Dimensions :  Hauteur 45 * Largeur 55,5 cm

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Estampes , DC-3 Fol

Bibliographie : Diderot, Salons de 1767-69, éd. Bukdahl, Delon, Lorenceau, Hermann, 1990, p. 203 (texte de Diderot et note 318)
Notice n° A5460   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Marine avec le phare de Gênes - Blanckerhoff // Le Naufrage (Version de Bruges, 1759) - Vernet // Tempête sur une côte méditerranéenne (version de Los Angeles) - Vernet

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. « J. Vernet Pinx. » et « Willm. Byrne Sculp. Parisiis. 1772 ». « Dédié à Monseigneur le Duc de La Rochefoucauld ». 2. Graveur anglais, Byrne est un élève d’Aliamet et de Wille. 3. Gravé à partir d’un tableau peint à Rome en 1746. Ce tabeau avait été commandé, avec son pendant, par Frédéric-Jérôme de La Rochefoucauld, archevêque de Bourges, cardinal, et depuis 1745 ambassadeur de France à Rome. Il passa ensuite (après 1757) à Louis-François-Armand, duc de La Rochefoucauld, puis par succession à son fils François-Alexandre-Frédéric, duc de Liancourt, duc de La Rochefoucauld, pair de France, qui a peut-être apporté cette toile en Angleterre. On le retrouve dans une collection privée dans le Sommerset. Il est acheté par le Bristol City Art Gallery and Museum en 1969. Il existe une variante de ce tableau au Musée d’Art et d’Histoire de Genève, plus petite et sans repentir. A comparer avec la « Marine avec le phare de Gênes », de Jan Theunisz Blanckerhoff, conservé à la Galerie Doria Pamphilj, à Rome. Il existe également du Fanal exhaussé une gravure par Aliamet (Voir la notice consacrée au Rivage près de Tivoli, qui constituait le pendant du Fanal exhaussé). Gravure reproduite au Cabinet des Estampes de la Bnf, réf. doc. E059980 (microfilm rayé). Voir Dc 3 fol.

Analyse de l’image :
    Livret du Salon de 1767 :
    « Par M. Vernet, Conseiller.
    39. Plusieurs Tableaux sous le même numéro. »
   
       Le tableau de Vernet que reproduit de façon inversée cette gravure serait à la base du cinquième site de la Promenade Vernet selon Else-Marie Bukdahl.     « J’avais à ma droite un phare qui s’élevait du sommet des rochers. Il allait se perdre dans la nue, et la mer en mugissant venait se briser à ses pieds. Au loin des pêcheurs et des gens de mer étaient diversement occupés. Toute l’étendue des eaux agitées s’ouvrait devant moi. Elle était couverte de bâtiments dispersés. J’en voyais s’élever au-dessus des vagues tandis que d’autres se perdaient au-dessous ; chacun, à l’aide de ses voiles et de sa manœuvre, suivant des routes contraires, quoique poussé par un même vent ; image de l’homme et du bonheur, du philosophe et de la vérité. » (Bouquins, p. 613 ; DPV XVI 203.)     Au pied du phare, complètement à gauche, la rotonde ruinée représenterait le temple de Minerva Medica à Rome, bien que sa position en bordure de mer ne correspondent à rien dans la réalité. On peut penser également au temple de Diane dans la baie de Baia près de Naples.


Sujet de recherche : S. Lojkine, L’Œil révolté, chap. 4, La relation esthétique
Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Scanner
    Commande n° DEV-0707-012519 du 02/08/20    Cliché n° E59980
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 13/07/2007
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.