Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Le sacrifice de la fille de Jephté - d’après Antoine Coypel
Le sacrifice de la fille de Jephté - d’après Antoine Coypel Auteur : Coypel, Antoine (1661-1722)

Datation : entre 1680 et 1715

Sources textuelles : Lucrèce, Titus Lucretius Carus (98av-55av) De rerum natura, I, 80-101
Ovide, Métamorphoses, 12 (Iphigénie/Achille & Cygnus/Centaures & Lapithes) vv. 24-38

Sujet de l’image : Sujet d’histoire sacrée. Jephté

Nature de l’image : Peinture sur toile
Dimensions :  Hauteur 65,4 * Largeur 81,2 cm

Lieu de conservation : Chambéry, Musée des Beaux-Arts, M 1350 ; A 111 (Ancien numéro) ; Bord 767 (Autre numéro)
Notice n° A5467   (n°2 sur 7)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Comparaison avec d’autres notices : Lamentation sur le Christ mort (Les trois Maries) - Annibale Carrache // Le sacrifice d’Iphigénie - Carle Vanloo

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
Problème d’attribution des auteurs.
2. Date et mode d’acquisition par le musée inconnus ! Aucun sacrifice d’Iphigénie par Antoine Coypel n’est mentionné dans le catalogue de Nicole Garnier (Arthéna, 1989). Grimm en mentionne un pourtant dans la Correspondance littéraire, à propos de la commande d’un Sacrifice d’Iphigénie par Frédéric II à Carle Van Loo (15 février 1756 ; III 181) : « Qui est-ce qui osera se flatter de trouver une idée plus heureuse que celle du peintre de l’antiquité qui, désespérant d’exprimer la douleur d’Agamemnon pendant l’horrible cérémonie du sacrifice, lu cacha le visage d’un voile ? Un des peintres de notre école, et je crois que c’est Coypel, ayant à traiter le même sujet, a répété cette pensée ; et croyant devoir l’embellir, il met bien le voile entre le père et la fille, mais, au lieu de cacher par ce moyen le visage d’Agamemnon, il le tourne du côté de ceux qui regardent le tableau, sans doute pour leur dire : Voyez, messieurs, si mon peintre n’est pas plus habile que celui de l’antiquité. Rien n’est si ridicule que cette fatuité, ni plus froid que tout ce tableau. Je ne suis pas inquiet de M. Vanloo, c’est sans contredit un autre homme que Coypel. » (Correspondance littéraire, 15 février 1756)
3. Exécuté en tapisserie en 1715.

Analyse de l’image :
     Le tableau est identifié à tort par le musée comme un sacrifice d’Iphigénie. Non seulement la présence du roi au centre (au lieu de Calchas), l’absence de mer et de bateaux plaident pour Jephté, mais il s’agit en fait du modèle réduit d’un carton de tapisserie : la série de tapisseries exécutée d’après ces cartons est elle complète et présente cette composition comme un sacrifice de la fille de Jephté, à côté de laquelle se trouve un sacrifice d’Iphigénie, dont l’otiginal peint est quant à lui pour l’instant apparemment perdu.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Chambéry, Musée des beaux-arts, Bouchayer
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction : https://www.pop.culture.gouv.fr/ (Plateforme Ouverte du Patrimoine, Joconde)
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 19/07/2007
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/05/2019
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.