Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Machine à inventer les livres (Gulliver’s Travels, III, 5, 1726) - Hermann Moll
Machine à inventer les livres (Gulliver’s Travels, III, 5, 1726) - Hermann Moll Auteur : Moll, Hermann (1654-1732), graveur et cartographe

Cette notice fait partie d’une série : [Swift,] Travels into several Remote Nations…, Londres, B. Motte, 1726 (pièce ou n° 7 / 8)

Datation : 1726

Source textuelle : J. Swift, Voyages de Gulliver (1726), 3, Voyage à Laputa Chapitre 5

Sujet de l’image : Histoire des sciences, instruments

Nature de l’image : Gravure sur cuivre
Dimensions :  Hauteur 16,5 * Largeur 9,8 cm

Lieu de conservation : Madison Wisconsin, Memorial Library, PR3724 G7 1726
Notice n° A5583   (n°7 sur 12)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Analyse de l’image :
     « Après les premières salutations, comme il s’aperçut que je regardais attentivement une machine qui tenait presque toute la chambre, il me dit que je serais peut-être surpris d’apprendre qu’il nourrissait en ce moment un projet qui consistait à perfectionner les sciences spéculatives par des opérations mécaniques. Il se flattait que le monde reconnaîtrait bientôt l’utilité de ce système, et il se glorifiait d’avoir eu la plus noble pensée qui fût jamais entrée dans un cerveau humain. Chacun sait, disait-il, combien les méthodes ordinaires employées pour atteindre aux diverses connaissances sont laborieuses ; et, par ce sinventions, la personne la plus ignorante pouvait, à un prix très modéré et par un léger exercice corporel, écrre des livres philoosphiques, d ela poésie, de straités sur la politique, la théologie, les mathématiques, sans le secours du génie ou de l’étude. Alors il me fit approcher du métier autour duquel étaient rangés ses disciples.
    Ce métier avait vingt pieds carrés, et sa superficie se composait de petits mirceaux de bois à peu près de la grosseur d’un dé, mais dont quelques-uns étaent un peu plus gros. Ils étaient liés ensemble par de sfils d’archal très minces. Sur chaque face des dés étaient collés des papiers, et sur ces papiers on avait écrit tous lesmots de la langue dans leurs différets modes, temps ou déclinaisons, mais sans ordre. Le maître m’invita à regarder parce qu’il allait mettre la machine en mouvement… »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Cachan, Stéphane Lojkine
Traitement de l’image : Photographie numérique
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 10/11/2007
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 17/05/2019
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.