Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Paolo et Francesca (version d’Angers) - Ingres
Paolo et Francesca (version d’Angers) - Ingres Auteur : Ingres, Jean-Auguste-Dominique (1780-1867)

Datation : 1819

Source textuelle : Dante, Divine Comédie (1307-1321), L’Enfer Chant V

Sujet de l’image : Histoire moderne. 13e siècle. Paolo et Francesca

Objets indexés dans l’image :
Fleurs / La scène est observée par effraction / Livre / Rideau

Nature de l’image : Peinture sur toile
Dimensions :  Hauteur 48 * Largeur 39 cm

Lieu de conservation : Angers, Musée des Beaux-Arts

Bibliographie : Valérie Bajou, Monsieur Ingres, A. Biro, 1999, n° 103, p. 151
Notice n° A6120   (n°3 sur 80)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Comparaison avec d’autres notices : La Madone d’Ince Hall - Van Eyck // Héloïse et Abélard à l’étude (Lettres…, t1) - N. Le Mire d’après Moreau le Jeune // Lettres de Milady Catesby (Mme Riccoboni, O. C., t3, 1818) - Choquet

Analyse de l’image :
    Ingres reproduit sur la tenture derrière les amants les armes de Gianciotto Malatesta de Rimini, le mari de Francesca.
   Dans les Enfers, voici comment Francesca raconte à Dante cette scène :
    « Nous lisions un jour, pour nous divertir, la geste de Lancelot et comment amour s’empara de lui ; nous étions seuls et sans aucune défiance.
    À plusieurs reprises, cette lecture fit nos yeux se chercher et pâlir nos visages ; mais seul un passage triompha de nous.
    Quand nous lûmes que le sourire tant désiré fut baisé par un tel amant, celui-ci, qui de moi ne sera jamais séparé,
    La bouche me baisa tout tremblant. Gallehaut fut le livre et qui l’a écrit. Ce jour là nous ne lûmes pas plus avant. »
    Francesca ne parle jamais explicitement du coup d’épée de Gianciotto son mari. Rien n’indique que le coup d’épée ait mis fin à la scène, même si c’est ce qu’a retenu l’iconographie romantique.
    Voir les commentaires de l’Anonyme florentin (Bologne, 1866-1874) et Boccace, Il Comento alla « D. C. » e gli altri scritti intorno a Dante, Bari, 1918, II, p. 138.
    Francesca, fille de Guido Minore da Polenta, était la tante de Guido Novello da Polenta, près de qui Dante trouva refuge dans les années qui précédèrent sa mort. Elle avait épousé vers 1276 Gianciotto Malatesta, seigneur de Rimini, vaillant chevalier, mais, dit-on, laid et difforme. Son amant était son beau-frère, Paolo Malatesta, qui fut capitaine du peuple à Florence en 1282. Dante, alors âgé de 17 ans, l’a peut-être connu. Le meurtre des deux amants par Gianciotto eut lieu vers 1285.
    Le roman lu par les deux amants est peut-être le Le Chevalier à la Charrette, dit aussi le Roman de Lancelot, de Chrétien de Troyes. C’est Guenièvre, dans ce roman, qui a l’initiative du baiser (vv. 4654-4660). Mais il n’y a pas de Galehaut chez Chrétien. Galehaut, fils de la Belle Géante, seigneur des Étranges Ïles, est en revanche un personnage central de Lancelot du Lac, roman anonyme du début du XIIIe siècle : le pacte amoureux conclu par Guenièvre à la fin de ce roman est un pacte à quatre, liant Guenièvre et Lancelot d’une part, la dame de Malehaut et Galehaut d’autre part.
    « Alors la reine, Galehaut et la dame de Malehaut se lèvent. Galehaut fait signe à son compagnon ; et les quatre amis se promènent en parlant très longuement, jusqu’à ce qu’ils arrivent à l’orée du petit bois. Là, ils s’assoient ; et la reine montre Lancelot à la Dame qui l’avait longtemps tenu dans sa prison. Il en est tout honteux ; et elle lui dit en riant qu’il lui avait caché ce méfait. Ils demeurèrent longtemps en cet endroit et la matière de leurs entretiens ne fut qu’embrassements et baisers, dont ils avaient le plus ardent désir. » (LP, éd. F. Mozès, p. 911.)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Angers, Musée des Beaux-Arts
Traitement de l’image : Scanner
Localisation de la reproduction : Collection particulière (Cachan)
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 31/08/2008
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 04/11/2017
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.