Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Annette et Lubin - Baudouin
Annette et Lubin - Baudouin Auteur : Baudouin, Pierre-Antoine (1723-1769)

Datation : 1765

Source textuelle : Marmontel, Anette et Lubin (conte moral, 1761)

Sujet de l’image : Sujet de genre

Objet indexé dans l’image : La scène est observée par effraction

Nature de l’image : Gouache

Lieu de conservation : Paris, Musée Cognacq-Jay
Notice n° A6371   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Le Cueilleur de cerises - Baudouin

Analyse de l’image :
    Annette et Lubin sont les protagonistes d’un des Contes moraux publiés par Marmontel en 1761.
   L’intrigue est la suivante : orphelins dès l’âge de huit ans, et cousins germains, Annette et Lubin grandissent ensemble dans une cabane « sur les bords riants de la Seine ». Ils élèvent des moutons, vendent du lait et des fraises dans la ville voisine. Un jour, le bailli constate qu’Annette est enceinte. Il accuse les cousins d’incestes, ils doivent se séparer. Annette ne comprend rien à ce langage, elle est désespérée ; Lubin ne l’est pas moins, mais il ne se résigne pas. Il s’adresse au curé qui, plus sévère encore, parle d’offense au Ciel, mais qui ajoute que, s’ils étaient riches, il n’y aurait que demi-mal, car, avec beaucoup d’argent, les cousins se tirent de peine... Reste un dernier recours : le seigneur du village qui est un homme bon. Et, en effet, il ne résiste pas à la détresse et aux larmes des jeunes amants. « Si vous étiez riches, dit-il, vous obtiendriez la permission de vous aimer et d’être unis : il n’est pas juste que l’infortune vous tienne lieu de crime. » Aussitôt, il écrit au pape Benoît XIV qui consent avec joie à ce que ces amants soient époux.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Musée Cognacq-Jay
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 02/01/2009
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.