Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Tableau au pâté et au gigot - Roland de la Porte
Tableau au pâté et au gigot - Roland de la Porte Auteur : Roland de la Porte, Henri Horace (1724-1793)

Cette notice fait partie d’une série : Paris, Salon de 1769 (pièce ou n° 71 / 260)

Datation : 1769

Sujet de l’image : Nature morte

Nature de l’image : Peinture sur toile
Dimensions :  Hauteur 81,5 * Largeur 65 cm

Lieu de conservation : Collection particulière, Collection B. Munich

Bibliographie : Diderot, Salons de 1767-69, éd. Bukdahl, Delon, Lorenceau, Hermann, 1990, p. 621 et fig. 9
Notice n° A7522   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Nature morte au jambon, avec bouteilles et botte de radis - Anne Vallayer-Coster

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
3. A rapprocher de la Nature morte au gigot de Chardin, signée et datée 1730 (coll. part. française, voir cat. Chardin 1979, n° 34, p. 159), et de la Nature morte au carré de viande du musée des Beaux-Arts de Bordeaux, dont il existe plusieurs variantes (Oberlin, coll. Norton Simon à Pasadena).
Mais c’est de la Nature morte d’Anne Vallayer Coster, dont les radis roses anticipent les radis blancs de Roland de la Porte, que cette composition est la plus proche.

Analyse de l’image :
     « Votre Tableau au pâté et au gigot est attrayant pour un peuple qui a faim ; mais votre gigot n’est pas mortifié, les chairs n’en sont pas affaissées, la graisse flétrie, il vient d’être détaché du crochet de la boucherie. Un gourmand vous dira qu’il est dur ; des gens affamés n’y regardent pas de si près, mais nous avons bien dîné, et nous trouvons que ce morceau tant regardé manque d’effet. » (Diderot, Salon de 1769, DPV XVI 621.)
    Critique enthousiaste en revanche de Daudet de Jossan : « Oh ! Mon cher Jérôme, comment te peindre mon enthousiasme, à la vue d’un gigot et d’un pâté, dont la croûte est si belle, si dorée. […] Voilà un tableau […] Voilà la belle nature, qui trompe l’œil du connoisseur et la dent du gourmand […] l’eau m’en venait à la bouche. » (Pp. 15-16.)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Collection particulière
Traitement de l’image : Scanner
Localisation de la reproduction : Collection particulière (Cachan)
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 21/05/2010
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.