Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Marine avec naufrage - Loutherbourg
Marine avec naufrage - Loutherbourg Auteur : Loutherbourg, Jacques Philippe de (1740-1812)

Cette notice fait partie d’une série : Paris, Salon de 1769 (pièce ou n° 0 / 260)

Datation : 1769

Nature de l’image : Peinture sur toile
Dimensions :  Hauteur 97 * Largeur 131 cm

Lieu de conservation : Dieppe, Château-musée

Bibliographie : Diderot, Salons de 1767-69, éd. Bukdahl, Delon, Lorenceau, Hermann, 1990, p. 632, note 199 et fig. 18
Le Goût de Diderot. Greuze, Chardin, Falconet, David, Hazan, 2013, cat. 84, p. 252
Notice n° A7525   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Naufrage sur une côte rocheuse - Loutherbourg // Le Naufrage (Version de Bruges, 1759) - Vernet

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé et daté en bas au centre « P. J. de Loutherbourg »
2. Hors du livret du Salon de 1769, où il a été exposé.
Acquis par le musée en 1977.
3. Comparer avec le tableau de Sydney, quasiment identique.

Analyse de l’image :
     « Le Salon tirait à sa fin, [Loutherbourg] avait recueilli une assez bonne provision d’éloges, lorsqu’on vit paraître sur le chevalet une dernière composition, ou qui n’était pas encore achevée lorsque l’exposition s’ouvrit, ou qu’il avait mise en réserve par politique, afin de nous rassembler tous autour de lui lorsque nous serions las de regarder les autres. C’était une Tempête ; ah ! mon ami, quelle tempête ! Rien de plus beau que des rochers placés à la gauche entre lesquels les flots allaient se briser en écumant ; au milieu de ces eaux agitées on voyait les deux pieds d’un malheureux qui se noyait attaché aux débris du vaisseau, et l’on frémissait ; ailleurs le cadavre flottant d’une femme enveloppée dans sa draperie, et l’on frémissait ; dans un autre endroit un homme qui luttait contre les vagues qui l’emportaient contre les rochers, et l’on frémissait ; sur ces rochers des spectateurs peignant bien la terreur, surtout le groupe ménagé sur la pointe du rocher le plus avancé dans la mer. Je ne vous dirai pas que ces figures fussent aussi vigoureuses, aussi correctes, aussi grandes que celles de Vernet, mais elles étaient belles. Pour le ciel, ma foi, c’était à s’y tromper pour la verve et la légèreté. Ce Loutherbourg est le meilleur que j’ai vu ; c’est je crois, vous en dire assez de bien. Ah ! si jamais cet artiste voyage et qu’il se détermine à voir la nature ! ... (Diderot, Salon de 1769, Ver IV 860)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Dieppe, Château-musée
Traitement de l’image : Scanner
Localisation de la reproduction : Collection particulière (Cachan)
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 21/05/2010
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.