Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Jacob chez Mme de Fécour (Marivaux, Le Paysan parvenu, Garnier 1865) - Staal
Jacob chez Mme de Fécour (Marivaux, Le Paysan parvenu, Garnier 1865) - Staal Auteur : Staal, Gustave ou Pierre Gustave Eugène (1817-1882)
Œuvre signée.

Cette notice fait partie d’une série : Marivaux, La Vie de Marianne suivie du Paysan parvenu, Garnier Frères, 1865 (pièce ou n° 6 / 6)

Datation : 1865

Source textuelle : Marivaux, Le Paysan parvenu (1734-1735) 6e partie (apocryphe), GF p. 275.

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Gravure sur acier

Lieu de conservation : Collection particulière (Cachan)
Notice n° A8153   (n°19 sur 29)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
Mentions sur la page en dehors de l’image.
1. Signé sous la gravure à gauche « G. Staal del », au centre « Sarazin Imp — Paris », à droite « Moret sc. »
Légende sous la signature : « LE PAYSAN PARVENU | En prononçant ces mots, elle avança ses bras vers moi…… quand | un bruit imprévu m’obligea de me retirer… (Te. II. Page 411.) | Garnier Frères Editeurs »

Analyse de l’image :
    Milieu de la 6e partie, apocryphe. Jacob chez Mme de Fécour souffrante.
    « Sais-tu bien que ta présence est dangereuse ? reprenait-elle alors ; mais si j’allais mourir !… Ah ! Dieu est bon.
    Bannissez, madame, lui dis-je vivement, cette idée qui me pénètre de douleur. Le pauvre enfant, dit-elle, il s’attendrit ! En prononçant ces mots, elle avança ses bras vers moi ; j’allai au-devant, et je lui imprimai ma bouche sur cette grosse gorge, dont je ne piuvais me détacher, quand un bruit imprévu m’obligea de me retirer.
    Ce mouvement ne peut sûrement point être attribué à l’amour. […]
    Je me retirai donc de cette posture, et je fis fort bien ; car c’était M. de Fécour qui revenait avec son médecin qu’il avait promis, en sortant, d’amener au plus tôt à sa sœur. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Cachan, Stéphane Lojkine
Traitement de l’image : Scanner
Photographie sur papier
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 15/10/2010
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.