Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
La panne (Mémoires de Casanova, fig. 41) - d’après Julius Nisle
La panne (Mémoires de Casanova, fig. 41) - d’après Julius Nisle Auteur : Nisle, Julius (1812-1850)
Graveur : Gnauth, Adolf (1812-1876), lithographe

Cette notice fait partie d’une série : Gallerie zu den Memoiren des venetianers Jakob Casanova [vers 1865] (pièce ou n° 41 / 48)

Datation : 1850

Source textuelle : Casanova, Histoire de ma vie jusqu’à l’an 1797 (1822-1962) Volume 7, chapitre 6, Bouquins II p. 562

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Lithographie
Notice n° A8985   (n°1 sur 1) 
Analyse de l’image :
     Tandis que sa liaison avec Rosalie se défait à Gênes, Casanova entreprend sa nouvelle servante, Véronique, et sa sœur, la blonde Annette. Ils sont convenus d’une répartition des rôles : Annette (pourtant myope !) doit rester spectatrice tandis que Casanova s’ébattra avec Véronique. Mais c’est la panne…
    « Nous allâmes nous coucher, et elle entre mes bras, moi entre les siens nous passâmes au-delà d’une heure sans bouger, mais sans rien faire. S’apercevant de la raison, la politesse empêchait Véronique de me la dire, et la modestie de s’en plaindre. Elle dissimulait sans discontinuer ses caresses, mais j’enrageais. Je n’y comprenais rien. Un accdent pareil ne m’était jamais arrivé qu’à la suite immédiate d’un lmong travail dont la fin avait été scellée par mon sang, ou par une forte surprise capable d’anéantir toutes mes facultés naturelles, comme j’en avais fait l’expérience vis-à-vis d eJavotte, sortant ducercle maxime où j’ai cru de me voir écrasé par les foudres. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché :
Traitement de l’image : Scanner
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 25/09/2011
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.