Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Le cabinet chinois (Mémoires de Casanova, fig. 44) - d’après Julius Nisle
Le cabinet chinois (Mémoires de Casanova, fig. 44) - d’après Julius Nisle Auteur : Nisle, Julius (1812-1850)
Graveur : Gnauth, Adolf (1812-1876), lithographe

Cette notice fait partie d’une série : Gallerie zu den Memoiren des venetianers Jakob Casanova [vers 1865] (pièce ou n° 44 / 48)

Datation : 1850

Source textuelle : Casanova, Histoire de ma vie jusqu’à l’an 1797 (1822-1962) Volume 7, chapitre 10, Bouquins II p. 630.

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Lithographie
Notice n° A8988   (n°1 sur 1) 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. Le nom porté dans le recueil allemand est « Leontine » au lieu de Léonilde.

Analyse de l’image :
     A Naples, le duc de Matalone et Casanova conduisent Léonilde au cabinet chinois, orné de tableaux libertins.
    « Les cartes chinoises qui tapissaient le cabinet où nous allâmes déjeuner étaient admirables plusn par le coloris, et le dessin que par l’action amoureuse qu’elles représentaient.
   — Cela, dit le duc, ne me fait aucune sensation ; et disant cela il nous fait voir son néant. Léonilde ne le regarde pas, mais il me choqua, j’ai cependant dissimulé.
   — Je suis, lui dis-je, dans votre même cas sans me soucier d evous en convaincre.
   Le duc dit qu’il n’en croit rien, et il allonge une main, il trouve que je ne mens pas ; il s’étonne, et retirant sa main, il dit que je devais être impotent comme lui. Je me moque d ela conséquence, et je lui dis que pour lui faire juger le contraire je n’avais besoin que de regarder les yeux de Léonilde, il la prie d eregarder mes yeux, et pour lors elle se tourne, et elle me fixe, et le duc allonge de nouveau sa main à l’endroit de la conviction, et il trouve qu’il a tort. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché :
Traitement de l’image : Scanner
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 25/09/2011
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.