Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Le concile de Nicée (Monastère de Sumela, Turquie)
Le concile de Nicée (Monastère de Sumela, Turquie)
Datation : 1390

Sujet de l’image : Sujet d’histoire sacrée. Conciles
Dispositif : Dispositif magistral, Dispute, Procès

Nature de l’image : Fresque
Notice n° A9101   (n°10 sur 77)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Comparaison avec d’autres notices : Le concile de Constantinople (Grégoire de Naziance, Homélies, Ms Grec 510) // Le 2e concile de Nicée (Rila, Église de la Nativité) - D. Zograf

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. « hè agia kai oikoumenikê prô[t]ê sunodos tôn ti[?]kê theophorôn paterôn » (le premier saint concile œcuménique des Pères porteurs de Dieu).
2. Le monastère de Suméla, dans l’empire de Trébizonde au nord est de l’actuelle Turquie, a connu son apogée sous le règne d’Alexis III Comnène (1349-1390), et de son fils Manuel III (1390-1417).

Analyse de l’image :
    Le premier concile œcuménique fut convoqué en 325 par l’empereur Constantin, qu’on voit ici trônant en haut au centre, dans la ville de Nicée, dont les murailles sont représentées en bas.
   Ce concile fixa le symbole de Nicée, qui est à l’origine de l’actuel Credo.
   Arius y fut excommunié : c’est le début de l’hérésie arienne.
   Sur cette fresque, Arius est probablement le personnage en vert, portant un bonnet noir et tournant le dos à la table où la bible est ouverte. Face à lui, portant une étole blanche à croix noires et un manteau rouge, se tient probablement Eustathe d’Antioche, le premier et plus ardent adversaire d’Arius.
   Symétriquement à Eustathe à gauche, portant le même costume, il faut certainement reconnaître Alexandre d’Alexandrie, le théologien, l’intellectuel, assis nu tête, en grande conversation avec ses voisins, peut-être les deux autres ariens qui furent condamnés avec Arius à l’issue du concile.
   En haut à droite, siégeant à côté de Constantin, tenant un livre sur ses genoux, peut-être Ossius, évêque de Cordoue, l’instigateur politique de ce concile.
   Le débat porta essentiellement sur la consubstantialité du Père et du Fils, les uns parlant d’homoousios (exactement de même nature), les autres d’homoiousios (de nature semblable, proche) : la querelle se réduisait de fait à un i, d’où l’expression ne pas varier d’un iota.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché :
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 25/11/2011
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 02/11/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.