Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Réconciliation de Marcus Emilius Lepidus & de M. Fulvius Nobilior - D. Beccafumi
Réconciliation de Marcus Emilius Lepidus & de M. Fulvius Nobilior - D. Beccafumi Auteur : Beccafumi, Domenico di Giacomo di Pace, dit (1486-1551)

Cette notice fait partie d’une série : Domenico Beccafumi, Fresques du Palazzo Pubblico de Sienne (pièce ou n° 3 / 4)

Datation : entre 1529 et 1535

Sujet de l’image : Histoire ancienne

Nature de l’image : Fresque

Lieu de conservation : Sienne, Palazzo pubblico, Salle du consistoire
Notice n° B0534   (n°7 sur 8)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Comparaison avec d’autres notices : Le sacrifice de Codros - Domenico Beccafumi

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. Fresque du mur ouest.
3. L’histoire de la réconciliation des deux censeurs est rapportée par Valère Maxime, et se trouve également dans Aulu Gelle, qui évoquent tous deux Fulvius Flaccus.
« Emilus Lépidus et Fulvius Flaccus, tous deux nobles, comblés d’honneurs, et occupant dans Rome un rang distingué, furent longtemps animés l’un contre l’autre de la haine la plus violente. Mais un jour le peuple les nomma censeurs ensemble. Le héraut avait à peine proclamé leur nom, que, sur le lieu même, et en présence de l’assemblée, ils se jettent dans les bras l’un de l’autre, par un mouvement simultané. A partir de moment, l’amitié la plus étroite les unit, non seulement durant leur censure, mais encore pour le reste de leur vie. » (Aulu Gelle, Nuits attiques, livre XII, chap. 8)
« M. Æmilius Lepidus qui fut deux fois consul et grand pontife et dont la haute vertu égalait les glorieuses dignités, nourrit une longue et violente haine contre Fulvius Flaccus, personnage non moins considérable. Mais dès qu’ils eurent été nommés ensemble censeurs, il renonça à ses dispositions sur le Champ de Mars même dans la pensée que des haines privées ne devaient point séparer des citoyens qui avaient été associés pour l’intérêt de l’état dans une haute magistrature. Cette opinion de Lepidus a excité l’admiration de son siècle et les anciens historiens nous en ont transmis le souvenir avec éloges. » (Valère Maxime, Actions et paroles mémorables, livre IV, chap. 2, § 1)
En fait, nous savons par Tite Live que Marcus Aemilius Lepidus est élu censeur en 179 et Quintus Fulvius Flaccus en 174. Aucune inimitié entre eux. Il y a eu confusion avec un autre Fulvius, Marcus Fulvius Nobilior. « Les censeurs nommés furent le grand pontife M. Æmilius Lépidus et M. Fulvius Nobilior, qui avait triomphé des Étoliens. Ces deux illustres personnages étaient ennemis l’un de l’autre, et leur haine avait donné lieu plus d’une fois à de violents débats dans le sénat et devant le peuple. À l’issue des comices, les censeurs se rendirent au champ de Mars, et, suivant l’usage antique, prirent place sur leurs chaises curules auprès de l’autel de Mars. Les principaux membres du sénat vinrent aussitôt les rejoindre avec un grand concours de citoyens. QQ. Caecilius Métellus prit la parole en ces termes : “[…] À vous considérer chacun en particulier, M. Æmilius et M. Fulvius, nous ne saurions aujourd’hui trouver à Rome personne qui vous fût préféré, s’il nous fallait recommencer l’élection. Mais en vous examinant tous deux ensemble, nous ne pouvons nous empêcher de craindre que vous ne soyez mal assortis, et que la haine qui vous divise ne soit plus funeste à la république que les qualités personnelles qui vous ont conquis nos suffrages ne sauraient lui être utiles. […] C’est une maxime bien connue, et qui est passée en proverbe à cause de sa vérité, que les amitiés doivent être immortelles, et les haines passagères.” […] Alors, sur les instances de tous les assistants, ils se donnèrent la main, s’engagèrent à déposer et abjurer franchement leur haine, et, furent conduits au Capitole au milieu d’applaudissements unanimes. (Tite Live, XL, 46)
Les censeurs se lancent alors dans une politique de grands travaux, pas toujours désintéressée : « Avec l’argent qu’on leur avait assigné et qu’ils s’étaient partagé, ils firent achever divers travaux. Lépidus construisit une digue auprès de Terracine : cet ouvrage fut mal accueilli, parce que le censeur possédait des terres dans le voisinage et qu’il semblait avoir dépensé dans son intérêt privé les deniers de l’État. […] On dut à M. Fulvius un plus grand nombre d’ouvrages dont l’utilité était plus réelle ; tels furent le port du Tibre et les piles d’un pont, dont quelques années plus tard les censeurs Scipion l’Africain et Mummius construisirent la voûte ; une basilique élevée derrière les nouvelles boutiques des changeurs et le marché aux poissons, et entourée de boutiques qu’il vendit au profit du trésor ; un forum et un portique en dehors de la porte Trigémine; un autre derrière l’arsenal ; enfin un temple d’Apollon Médecin, près de la chapelle d’Hercule, et derrière celle de l’Espérance sur les bords du Tibre. Les deux censeurs avaient en outre de l’argent à dépenser en commun ; ils l’employèrent à faire construire des aqueducs et des canaux » (XL, 51)

Analyse de l’image :
     Marcus Æmilius Lepidus et Marcus Fulvius Nobilior furent élus censeurs en 179 av. J.-C. Ils se détestaient. On les conduisit au Champ de Mars pour la cérémonie d’investiture. Là Cecilius Metellus les somme de se réconcilier, au nom des intérêts supérieurs de la république. Metellus est représenté à droite, prenant conseil d’un sénateur sur ce qu’il doit dire.
    Les deux censeurs commanditèrent notamment le Pont Palatin, ou Ponto Rotto, le plus ancien pont de Rome après le pont Sublicius, et le premier pont en pierre (à moins qu’il n’y ait eu confusion entre lepidus et lapidus). N’est-ce pas ce pont qu’on voit derrière eux ?

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Sienne, Palazzo pubblico
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 19/02/2013
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.