Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Les deux amis (La Fontaine, Desaint et Saillant, 1755) - Oudry
Les deux amis (La Fontaine, Desaint et Saillant, 1755) - Oudry Auteur : Oudry, Jean Baptiste (1686-1755)
Œuvre signée.
Graveur : Le Mire, Louis (1738-1757), frère de Noël

Cette notice fait partie d’une série : La Fontaine, Fables choisies, grav d’Oudry, Paris, Desaint & Saillant, 1755-1759 (pièce ou n° 167 / 274)

Datation : 1756

Source textuelle : La Fontaine, Fables (1668-1692) Livre VIII, Fable 11, Pléiade p. 309

Sujet de l’image : Fiction, 17e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Rés YE 115, Tome III, livre 8, Fable 153
Notice n° B3665   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Les deux amis (Fables de La Fontaine, 1678, 3eP) - Chauveau

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
Mentions sur la page en dehors de l’image.
1. Légende dans le cartouche en bas de la gravure, « LES DEUX AMIS. Fable CLIII. »
Signé sous la gravure à gauche « J. B. Oudry inv. », à droite « L. Le Mire sculp. »
2. Fables choisies mises en vers…, tome troisième.

Analyse de l’image :
    Deux vrais amis vivaient au Monomotapa :
   L’un ne possédait rien qui n’appartînt à l’autre :
               Les amis de ce pays-là
             Valent bien, dit-on, ceux du nôtre.
   Une nuit que chacun s’occupait au sommeil,
   Et mettait à profit l’absence du soleil,
   Un de nos deux Amis sort du lit en alarme ;
   Il court chez son intime, éveille les Valets :
   Morphée avait touché le seuil de ce palais.
   L’ami couché s’étonne, il prend sa bourse, il s’arme ;
   Vient trouver l’autre, et dit : Il vous arrive peu
   De courir quand on dort ; vous me paraissez homme
   A mieux user du temps destiné pour le somme :
   N’auriez-vous point perdu tout votre argent au jeu ?
   En voici. S’il vous est venu quelque querelle,
   J’ai mon épée, allons. Vous ennuyez-vous point
   De coucher toujours seul ? Une esclave assez belle
   Était à mes côtés ; voulez-vous qu’on l’appelle ?
   Non, dit l’ami, ce n’est ni l’un ni l’autre point :
               Je vous rends grâce de ce zèle.
   Vous m’êtes en dormant un peu triste apparu ;
   J’ai craint qu’il ne fût vrai, je suis vite accouru.
               Ce maudit songe en est la cause.
   Qui d’eux aimait le mieux ? Que t’en semble, lecteur ?
   Cette difficulté vaut bien qu’on la propose.
   Qu’un ami véritable est une douce chose !
   Il cherche vos besoins au fond de votre cœur ;
               Il vous épargne la pudeur
               De les lui découvrir vous-même.
               Un songe, un rien, tout lui fait peur
               Quand il s’agit de ce qu’il aime.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction : http://gallica.bnf.fr
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 14/05/2016
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 16/11/2018
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.