Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Fréron dans sa bibliothèque, après lecture de l’Écossaise
Fréron dans sa bibliothèque, après lecture de l’Écossaise
Datation : 1776

Sujet de l’image : Portrait

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Estampes , RESERVE FOL-QB-201 (110)
Notice n° B3929   (n°1 sur 1) 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. 10 mars 1776. Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l’Histoire de France. Tome 110, Pièces 9573-9635, période : 1776-1777.

Analyse de l’image :
    Sur la feuille que tient Fréron, on peut lire « L’Année littéraire », qui est le nom de son journal. Sur le bureau on lit « a Mr Fr » : L’Année littéraire se présente comme un recueil de lettres, dont un certain nombre sont fictivement adressées « à M. Fréron ». Sur l’autre document du bureau, on li’ « Ecosseuse » et au sol « Caffe au Ecossoi ». C’est une allusion probable à une comédie de Voltaire, « L’Écossaise, ou Le Caffé », représentée pour la première fois le 26 juillet 1760.
   La pièce constituait une réplique aux Philosophes de Palissot. Bien que Voltaire n’y soit pas attaqué directement, il prit la défense de ses confrères Philosophes, visant au premier chef son ennemi juré, le folliculaire Fréron, sous le nom de Wasp (le frelon).
   On le voit ici se mordant les doigts de rage et s’apprêtant à répliquer dans son journal…

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Estampes
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 17/09/2016
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 17/09/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.