Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Désilles s’interpose entre les mutins à la porte Stainville (affaire de Nancy)
Désilles s’interpose entre les mutins à la porte Stainville (affaire de Nancy) Auteur : Le Barbier, Jean-Jacques (1738-1826), dit Le Barbier l’Aîné

Datation : 1794

Sujet de l’image : Histoire moderne. 18e siècle. La révolution française
Dispositif : Bataille, massacre

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Estampes , RESERVE FOL-QB-201 (122)
Notice n° B3978   (n°8 sur 52)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Comparaison avec d’autres notices : Courage héroïque du jeune Désilles à l’affaire de Nancy - Le Barbier

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
Mentions sur la page en dehors de l’image.
1. Légende : « Desilles, sous-Lieutenant du Régiment du Roi se trouvait à la porte Stainville avec le détachement qui gardait cette porte : comme ceux-ci se disposaient à tirer sur l’avant-garde de l’armée un canon chargé à mitrailles il s’en emparat et leur dit tirés sur moi que je sois la première victime en perdant la vie, je n’aurai pas la douleur de voir massacrer mes freres et mes camarades. Se vend chez Jauffrey, M[archan]d d’Estampes. au Palais Royal, à côté du Café de Foi. N°61.
2. Recueil. Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l’Histoire de France. Tome 122, Pièces 10714-10801, période : 1790. Pièce 10795.

Analyse de l’image :
    André Désilles, né à Saint-Malo en 1767, mort à Nancy le 17 octobre 1790.
   Le 5 août, une mutinerie éclate dans le régiment d’infanterie du Roi, le régiment Mestre de Camp Général de cavalerie et le régiment suisse de Châteauvieux. Les mutins accusent leurs officiers de détourner leur solde.
   Le 16 août, l’Assemblée nationale vote la répression, ui ets confiée au marquis de Bouillé.
   Le 31 août, Désilles s’interpose entre les mutins appuyés par trois canons et les troupes du marquis de Bouillé, chargées de rétablir l’ordre. Il est atteint de 3 balles à la jambe près de la porte Stainville. C’est l’affaire de Nancy.
   Les mutins sont d’abord condamnés à mort, mais l’héroïsme du jeune Désilles émeut toute la France. Marat publie un pamphlet, L’Affreux Réveil. Le 3 septembre, l’Assemblée Nationale remercie Désilles de sa conduite à l’instigation de Mirabeau et Louis XVI lui fait remettre la Croix de Saint-Louis. Ses plaies s’étant infectées, il meurt de septicémie le 17 octobre.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Estampes
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction : http://gallica.bnf.fr
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 01/11/2016
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 02/11/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.