Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
D’André, député d’Aix, ex-président de l’Assemblée N.ale - Vérité
D’André, député d’Aix, ex-président de l’Assemblée N.ale - Vérité Auteur : Vérité, Jean-Baptiste (1756-1837)

Datation : 1790

Sujet de l’image : Histoire moderne. 18e siècle. La révolution française

Nature de l’image : Gravure sur cuivre, eau-forte
Technique utilisée : pointillé, roulette

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Estampes , RESERVE QB-370 (13)-FT 4
Notice n° B4043   (n°3 sur 3)  Notice précédente  Toutes les notices 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé en bas à gauche « Dessiné d’après nature », à droite « Gravé par Verité ».
2. Recueil. Collection de Vinck. Un siècle d’histoire de France par l’estampe, 1770-1870. Vol. 13 (pièces 2081-2219), Ancien Régime et Révolution, pièce n°2895.
Pb. C’est bien la pièce mais probablement un autre volume ?

Analyse de l’image :
     D’André (1759-1825) est un membre de la noblesse parlementaire aixoise. Porte-parole des nobles non-fieffés, il est choisi par cette noblesse pour être député de la sénéchaussée de sa ville natale, aux États généraux (5 avril 1789). Imitant alors le duc d’Orléans, il se joint au tiers état et est élu membre du Comité de constitution.
   Pendant l’hiver 1789-1790 d’André est envoyé à Aix-en-Provence et à Toulon pour rétablir l’ordre dans les communes où des troubles avaient éclaté. De retour à Paris il préside par trois fois la Constituante, en 1790 et 1791 et à la séance du 7 avril 1791, appuie la motion de Robespierre. Il propose même que tous les membres de l’Assemblés prennent l’engagement de ne plus jamais solliciter de place pour qui que ce soit et vote après la fuite de Louis XVI à Varennes la suspension du pouvoir exécutif (juin 1791).
   Il devient cependant peu après un des principaux chefs du parti royaliste. Après la session de l’Assemblée constituante il demeure à Paris et y fonde une grande maison d’épicerie, ce qui lui vaut le surnom d’« épicier » de la part des journaux montagnards. Accusé d’accaparement et suspecté de complot avec les émigrés, il émigre.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Estampes
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction : http://gallica.bnf.fr
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 19/11/2016
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 20/11/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.