Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
David Séchard lit Chénier à Lucien (Lost Illusions, 1898) - Adrien Moreau
David Séchard lit Chénier à Lucien  (Lost Illusions, 1898) - Adrien Moreau Auteur : Moreau, Adrien (1843-1906)
Œuvre signée.
Graveur : Le Sueur, Xavier (graveur de la fin du 19e siècle)

Cette notice fait partie d’une série : Balzac, Lost Illusions, ill. Adrien Moreau, Philadelphie, 1898, 3 vol. (pièce ou n° 2 / 16)

Datation : 1897   (Œuvre datée)

Source textuelle : Balzac, Illusions perdues (1837-1843) Pléiade, p. 147

Sujet de l’image : Fiction, 19e siècle

Nature de l’image : Gravure sur acier

Lieu de conservation : Los Angeles, University of California Library, LAGE-548297
Notice n° B5068   (n°4 sur 21)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé sous la gravure à gauche « Xavier Le Sueur » à droite, dans la gravure, « ADRIEN-MOREAU. »
2. Tome I, après la p. 40.

Analyse de l’image :
     « “Lucien, sais-tu ce que je viens de recevoir de Paris ? dit l’imprimeur en tirant de sa poche un petit volume in-18e. Ecoute !”
    David lut, comme savent lire les poètes, l’idylle d’André de Chénier intitulée Néère, puis celle du Jeune Malade, puis lélégie sur le suicide, celle dans le goût ancien, et les deux derniers ïambes.
    Voilà donc ce qu’est André de Chénier ? s’écria Lucien à plusieurs reprises. Il est désespérant », répétait-il pour la troisième fois quand David trop ému pour pouvoir continuer lui laissa prendre le volume.
    “Un poète retrouvé par un poète !» dit-il en voyant la signature de la préface.
    “Après avoir produit ce volume, reprit David, Chénier croyait n’avoir rein fait qui fût digne d’être publié.”
    Lucien lut à son tour l’épique morceau de l’Aveugle et plusieurs élégies. Quand il tomba sur le fragment :
    S’ils n’ont point de bonheur, en est-il sur la terre ?
    il baisa le livre, et les deux amis pleurèrent, car tous deux aimaient avec idolâtrie. »
   
   [Allusion à l’édition des Poésies de Chénier par Latouche, publiée en 1820. La véritable première édition était un in-8° de 1819.]

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Los Angeles, University of California Library
Traitement de l’image : Scanner à plat
Localisation de la reproduction : https://archive.org/
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 07/10/2017
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 07/10/2017
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.