Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Montpellier
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Roland arrive chez le berger (Cycle d’Effiat)
Roland arrive chez le berger (Cycle d’Effiat)
Cette notice fait partie d’une série : Cycle du château d’Effiat sur le Roland furieux (Riom, Auvergne, 1625-1632) (pièce ou n° 5 / 12)

Datation : entre 1625 et 1632

Source textuelle : Roland furieux, chant 23 (Roland délivre Zerbin ; Folie de Roland) str. 116

Sujet de l’image : Fiction, 16e siècle

Nature de l’image : Peinture sur toile
Dimensions :  Hauteur 200 * Largeur 295 cm

Lieu de conservation : Clermont-Ferrand, Musée d’Art Roger-Quilliot, 52.5.6, inv. 3190
Notice n° B6814   (n°7 sur 15)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
3. 2e partie du cycle, consacrée à la révélation. 3e étape. Roland dépose les armes ; il est invité chez le berger qui va lui raconter toute l’histoire. Le berger dresse la table d’un banquet pour lui. Ici le cycle s’écarte légèrement de l’Arioste, où la table du banquet, qu’on distingue au fond à droite et qui va jouer un rôle important dans les tableaux suivants, n’est pas évoquée.

Analyse de l’image :
     « Encore languissant, il descend de cheval
   et confie Bride-d’or aux soins d’un bon valet ;
   d’autres viennent aussi, qui lui ôter ses armes,
   qui ses éperons d’or, qui fourbir son armure.
   La maison était celle où justement Médor,
   qui gisait là blessé, connut un grand bonheur.
   Rassasié de douleur, non d’un autre met,
   Roland voulut aller s’étendre et non dîner. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Clermont-Ferrand, Musée d’Art Roger-Quilliot
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 04/07/2019
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 04/07/2019
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.