Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.

Dans la même rubrique « dispositif » : Continuum sensible // Coupure sémiotique // Critique de l’antimodernité : Fahrenheit 451 // Discours // Dispositif // Écran // Embrayeur visuel // Espace restreint // Espace vague // Face à face agonistique // Fiction // Flan de la théorie, théorie du flan // Géométral // Instant prégnant // Intersecteur // L’invention du dispositif : Surveiller et punir // Objet scénique, chose // Performance // Physique de la fiction // Polemics as a World // Scopique // Sémiologie // Sommaire des textes en ligne

Sémiologie

Stéphane Lojkine

        Les images contenues dans la base de données Utpictura18 appartiennent à un environnement culturel où la différence entre texte et image n’est pas pertinente, ou est secondaire : les images se donnent à lire et la référence au théâtre, spectacle visuel, est omniprésente dans les textes. Les modèles et les dispositifs que manipule la représentation ne se comprennent donc que dans une circulation permanente entre textes, images, spectacles, musiques.

        Mais il y a plus : Roland, Angélique et Médor doivent-ils être considérés dans notre patrimoine culturel comme les figures d’un texte de l’Arioste, d’une gravure dans un livre illustré, d’une peinture ou d’une tapisserie, d’un ballet, d’une tragédie lyrique de Lully et Quinault, d’un opéra de Vivaldi ou de Hændel, d’un commentaire par Diderot dans un de ses Salons ?

        L’analyse structurale, qui fixe son objet et le détaille selon les articulations que lui impose le support de sa représentation, échoue à rendre compte de cette circulation des modèles en amont de leur réalisation matérielle et technique. Il s’agit de rendre compte d’un certain fonctionnement du sens qui s’incarne tantôt comme récit, tantôt comme scène de théâtre ou d’opéra, tantôt comme gravure ou peinture, tantôt comme décoration sur une tapisserie ou un paravent.

        La sémiologie opère en amont des supports, et donc des structures. Par sémiologie, on entend l’analyse des signes qui constituent la représentation et font système sous la forme de dispositifs. Le dispositif articule la disposition matérielle d’objets, d’idées, de personnages, et la configuration symbolique qu’elle métaphorise. Cette disposition matérielle est mise en perspective dans l’image, donnée à imaginer dans le texte, mise en espace dans le décor d’un palais ou d’une scène de théâtre.