Littérature et Psychanalyse - Le Master LIPS

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
S’inscrire en master LIPS via e-candidat : c'est maintenant !

Le département de lettres modernes
Le master LIPS sur le site de la faculté ALLSH
Le master LIPS sur Academia
S’inscrire en master LIPS via e-candidat

Le stage de M2 : art-thérapie en milieu hospitalier

Objectif du stage et cadre administratif

Durant le dernier semestre de formation du master LIPS, un stage de 6 à 12 semaines est prévu, permettant à l’étudiant d’acquérir une expérience pratique dans le domaine de l’art-thérapie.

Willy Fleckhaus derrière une sculpture d’H. Moore - Heinz Held

Willy Fleckhaus derrière une sculpture d’H. Moore - Heinz Held

Le stage est proposé par l’équipe de formation de LIPS, qui s’appuie elle-même sur les conventions passées entre l’université d’Aix-Marseille et les hôpitaux de Marseille. LIPS travaille notamment avec le Centre hospitalier Valvert, établissement public de santé spécialisé dans la prévention, le diagnostic et le soin des maladies mentales.

L’étudiant est chargé d’animer un atelier d’écriture, pour lequel il est accompagné par un psychologue et un psychiâtre.

Sur le plan administratif, le stage est encadré par une convention de stage AMU, qui sera gérée par le « Secteur Arts, Lettres, Langues et Sciences Humaines » de la DRH.

L’art-thérapie, qu’est-ce que c’est ?

L’art-thérapie est une pratique thérapeutique de médiation artistique : la création artistique est utilisée au sein d’un groupe de patients comme moyen d’expression de la vie intime et, par cette expression, de soulagement de la souffrance psychique. On privilégiera ici la création littéraire, même si l’art-thérapie peut prendre toutes sortes de formes, allant du dessin, de la peinture, du collage à la photographie et au montage vidéo.

Saint Germain d’Auxerre prêchant (Ms Fr 185, fol. 237r) - Jeanne de Montbaston

Saint Germain d’Auxerre prêchant (Ms Fr 185, fol. 237r) - Jeanne de Montbaston

Nombre de patients éprouvent des difficultés à parler directement du ou des traumatismes vécus, de la souffrance éprouvée. Parfois, la pudeur, la honte les retiennent ; parfois, ils ont eux-mêmes un sentiment d’oppression vague, indéfinissable, qu’il leur paraît impossible de mettre en mots. L’art-thérapie constitue alors une amorce efficace parce qu’elle est indirecte. Il n’est pas obligatoire d’exprimer immédiatement, brutalement une douleur à laquelle soi-même on ne sait pas, ou ne veut pas assigner de cause précise, ou une plaie vive qu’on ne peut pas encore formuler de but en blanc. La création littéraire prend alors le temps des chemins de traverse pour ne pas dire les choses tout en les disant, c’est le mi-dire, et frayer le passage des « chemins qui ne mènent nulle-part », les hollzwege.

« Restons encore dans le vague pour dire que l’œuvre, ça les apaise, les gens, ça les réconforte, en leur montrant qu’il peut y en avoir quelques-uns qui vivent de l’exploitation de leur désir. Mais pour que ça les satisfasse tellement, il faut bien qu’il y ait aussi cette autre incidence, que leur désir, à eux, de contempler y trouve quelque apaissement. Ça leur élève l’âme, comme on dit, c’est-à-dire ça les incite, eux, au renoncement. Ne voyez-vous pas que quelque chose ici s’indique de cette fonction que j’ai appelée du dompte-regard ? »
(Lacan, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, Séminaire XI, 11 mars 1964, éd. J. A. Miller, Seuil, 1973, p. 102.)

L’atelier d’écriture

Morning Sun / Soleil du matin - Edward Hopper

Morning Sun / Soleil du matin - Edward Hopper

L’atelier d’écriture est une pratique dans laquelle l’université de Provence, sous l’impulsion d’Anne Roche, puis l’université d’Aix-Marseille ont été pionnières en France. C’est ainsi qu’AMU propose un DU en atelier d’écriture, sous la direction de Jean-Marc Quaranta.

L’atelier d’écriture peut prendre différentes formes.

Sa forme la plus classique est l’écriture à contrainte : on fixe un certain nombre de normes à respecter, un certain type de contenu à produire, un modèle ou un style à imiter. On apprend ainsi en quelque sorte à écrire par l’observation des techniques d’écriture.

Mais dans la perspective d’une médiation par l’écriture à visée thérapeutique, c’est aussi une autre dimension de l’atelier d’écriture qui est sollicitée, plus créative et plus personnelle, plus dangereuse ou plus exposée aussi. Autant la contrainte permet de préserver le caractère indirect de l’activité, autant la création ambitionne de livrer de l’indicible, de l’impartageable. La mise en mots de ce « quelque chose » passe par une pratique, où le jeu, le partage, l’écoute jouent un rôle essentiel.