Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.

La même page à Montpellier
La même page à Aix (AMU)

Web-magazine « La parole aux humanités »


Enseigner la littérature par les images

Cette page s’adresse aux collègues français et étrangers à la recherche de matériel pédagogique pour enseigner la littérature à partir des images

14643 notices dans Utpictura18
Dernière notice créée le 26/05/2017
Les  six dernières notices...

Cochin, La Servante justifiée, dessin préparatoire pour la gravure (La Fontaine, Contes et nouvelles), 1743-1745

« Le Chevalier continuait, lui volait quelques baisers, dont on se fâchait, et qu’on n’esquivait pas. Laissez-moi donc disait-elle avec un visage indolent, qui ne faisait rien pour se tirer d’affaire, qui avait la paresse de rester exposé à l’injure ; mais en vérité vous n’y songez pas, ajoutait-elle ensuite. Et moi, tout en raccommodant ma palissade, j’expliquais ce vous n’y songez pas, et ce laissez-moi donc et je voyais que cela voulait dire : Courage, Chevalier, encore un baiser sur le même ton ; surprenez-moi toujours, afin de sauver les bienséances ; je ne dois consentir à rien  mais si vous êtes adroit, je n’y saurai que faire ; ce ne sera pas ma faute. »
(Marivaux, La fausse suivante, II, 3.)


Utilisez librement ces documents. Toutefois, pensez à indiquer leur origine à vos élèves ou à vos étudiants. Écrivez-moi pour me dire vos impressions et me faire vos suggestions. Merci. Stéphane Lojkine